15/01/08

ravaz 1988

 Christian Ravaz a été rappelé à Dieu le 27 décembre 2007 dans sa 64e  année.
Ses obsèques, célébrées par le père Emmanuel Berger,
ont eu lieu à la cathédrale d’Apt (Vaucluse),

 le mercredi 2 janvier 2008, à 16 h.

Christian RAVAZ, une vie donnée à Dieu

par le Père René LAURENTIN

Christian Ravaz avait fondé, en 1985, "Chrétiens-magazine" pour révéler ce qu’on s’acharne à cacher  : l’authentique présence de Dieu et de la Vierge dans ce monde.

Le 8 décembre, Christian Ravaz, en pleine vitalité, était à Lourdes, au lancement du 150e anniversaire, pour une relance de Chrétiens Magazine qu’il espérait « mettre en kiosques » à l’échelle européenne. Il était enchanté de l’accueil.

Cependant, il couvait un pro­blème de santé, abusait de ses forces. Certains de ses amis l’avaient deviné en ces jours-là. À notre rencontre mensuelle de fin novembre, il n’était pas présent au rendez-vous. Il avait été contraint de s’arrêter à Lyon sur sa route vers la région parisienne. Une alerte sérieuse, sans faire l’hospitalisation qui me semblait souhai­table.

Le 25 décembre, j’avais ren­dez-vous avec lui à 14 h. Le té­léphone des jours précédents était resté sans réponse, son ré­pondeur était saturé. Le 26, vers 16 h, toujours sans nouvelles mon téléphone sonne et j’entends  : « ici Christian », mais ce n’était pas sa voix ferme et décidée. Je cherchais quel autre Christian pouvait bien m’appeler, cette voix ne lui ressemblait pas. Sur ce registre, il expliquait qu’il n’avait pu venir, il était au lit seul dans sa petite maison. Il avait eu au téléphone son ami médecin, qui devait venir le voir le lendemain, 27 décembre.

RL.- « Mais comment n’êtes-vous pas à l’hôpital puisque les mêmes symptômes vous arrêtent pour la deuxième fois  ? » CR.- « Il vient me voir de­main . »

Son extrême fatigue, son effort pour me téléphoner me convainquirent qu’il ne fallait pas prolonger son effort surhumain. Le lendemain, son médecin me téléphone pour m’annoncer sa mort. Il avait toujours été de l’avant, face aux difficultés qui ne le lâchaient pas dans sa voie paradoxale, dans un monde différent.

Christian Ravaz était un sur­doué de naissance, il n’aimait pas qu’on le dise, il réagissait vi­vement quand je prononçais ce mot devant lui. À la fin des années 70, il s’était lancé dans l’informatique. Il avait fait d’emblée un brillant chemin, il gagnait un bon paquet de millions d’anciens francs par mois, roulait en voiture de sport. Il était engagé dans le mouvement charisma­tique. il bifurqua vers le journalisme. Bien lancé dans la presse, il pu­blia quelques ar­ticles hauts payés, y compris dans Figaro-magazine dont le titre l’inspira par sa terminasion pour fonder Chrétiens-magazine, avec des motivations désintéressées. Il avait toutes les cordes à son arc, l’espoir de parvenir vite aux grands tirages. Une voyante américaine bien connue l’encourageait dans cette espérance.

Il fit un bon impact, une crois­­sance régulière dans un pu­blic ex­­trêmement varié, près de grands mystiques, hommes de hauts niveaux, scientifiques (Olivier Costa de Beauregard, etc.) Il m’avait accompagné aux interviews que j’avais faites des cardinaux Billé puis Barbarin. Il répondait aux aspirations d’un peuple soucieux d’oxygène spirituel pour la foi asphyxiée d’aujourd’hui. Non sans contact avec Stella Maris, il assurait l’in­­­formation sur les miracles eucharistiques, guérisons, apparitions, exorcismes, aujourd’hui laissés pour compte à de rares exceptions près.

Dans ce cadre, il m’avait de­­­mandé mon bloc-notes pour regarder l’actualité du point de vue de Dieu pour un réveil de l’Espérance, pour les discernements fondamentaux y compris les mises en garde sur des voyants aventureux et bruits de miracles illusoires.

Christian Ravaz avait de grands talents de communication, un large réseau de relations dans la presse, dans la politique, dans l’Église, dans des orientations très diverses  ; des plans et projets à revendre, il dialoguait énormément au téléphone avec ses lecteurs, mais il passa à côté des grandes réussites. Chrétiens Magazine dépassa, par deux fois, les vingt mille abonnés  : il avait des ennemis qui cherchèrent à l’arrêter par l’intérieur ou par l’extérieur. Il luttait en évitant d’accabler les adversaires. Il souffrait d’être gênant. Il supportait de moins en moins Paris. Il y avait progressivement liquidé ses bureaux. Ces dernières années, il résidait dans sa région occitane où il trouvait l’amitié, la paix, des fêtes populaires et religieuses réconfortantes  : surtout Noël et Pâques.

Il a gardé le secret des rudes combats qui ont altéré sa santé, il se croyait plus menacé de l’extérieur que de l’intérieur. Quoi qu’il en soit de la corrélation, sa vie a été abrégée. C’est délibérément qu’il avait largement sacrifié sa vie privée pour se consacrer à la percée des actions spirituelles qu’il menait avec l’appui de son journal es­­­timé. Arrivé à 64 ans il avait d’ail­leurs très mal prépar sa re­traite, se donnant un salaire mi­nimum qu’il ne se versait pas tous les mois, selon l’état de ses finances. Christian Ravaz était un chrétien hors norme. Qui reprendra son "flambeau " ?     

GC :Etendard lui eu mieux convenu !

Note de la rédaction : Le Père Laurentin serait heureux de recueillir tout témoignage, tout document, toute photo sur Christian Ravaz et son action, en vue de publication dans un prochain numéro de Chrétiens-magazine.

Pour envoyer ces témoignages ou un message de sympathie au Père Laurentin et à la famille de Christian Ravaz :

ch-mag@orange.fr

Secrétariat du Père Laurentin 41, rue Boris-Vildé 92260 FONTENAY-AUX-ROSES

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

9/11/08  De Théodore à Félicien !

A Christian Ravaz…
           

                         

                                            
       1988   ravaz1988                                          A Dieu Frère !                                                 2007  Ravaz 2007                                                                                            
   


Gilles Chabaud: Pour le 1er anniversaires de ton retour à Dieu, mon Ami !
 Il fut Incinéré le 9 janvier à la demande de ses frères. Après une enquête de police, qui constate la disparition de son portable et d’une sacoche ou il mettait tous ses papiers importants …depuis 1984…

-Trajectoire d’un Chrétien.
René Laurentin: Quel drame avait fait bifurquer sa vie, au seuil des années 1980 !

GC : peu après la mort subite de sa fiancée Domitille (voire La Rose de Nostre Dame) 

RL: Sa vie avait basculé du côté de l’Evangile, au contact du renouveau charismatique où une mission importante avait failli lui être confiée à la mort de Pierre Goursat. L’évidence est que sa vie avait bifurqué au service de Dieu seul. Et cela ne s’est jamais démenti.  Il s’était passionné pour les signes de Dieu, sur lesquels tout fait silence : l’opinions, l’institution y comprise religieuse, l’université, la presse.

       
        1er écrit 16 01 2008
       -Celle qu’il prit en 1983 :

GC : je le rencontrais cette année là sur la fin d’un dernier «coup commercial avec Arnaud Boyer » celui qui deviendra notre associé, pour les 25 années qui suivirent.

RL :Il fit d’abord enquête sur les apparitions à Medjugorje   (aujourd’hui reconnues) à Kibeho au Rwanda... et ailleurs. Avec ses brillantes ressources et son talent journalistique.

GC: On fonda, en mai 1984 les Editions Mambré… « Mam’Ré en hébreu le chêne de…1er lieux d’apparition cité dans l’Ancien Testament, là où Dieu parla à un homme, Abraham, pour la première fois. »

SARL Mambré Editeur Diffuseur VPC dont je fus gérant pendant douze ans. 

Pour faire écho  aux Apparitions de la Vierge Marie à   Megjugorje en ex-Yougoslavie, Bosnie Erzegovine, 

à kibeho au Rwanda, 4 ans avant les massacres 

& à Akita au Japon.

 RL : Mais il était déjà attaqué. On m’avait mis en garde contre lui. –«  Il exploite des missionnaires pour des scoops sur des riens »  (Kibeho) disait-on.

 Je l’invitais néanmoins à déjeuner au self du collège où je prenais mes repas modestement.

Je compris aussitôt à qui j’avais à faire.

Il sacrifia son enquête sur le Rwanda, il abandonna la publication à d’autres, sans paraître.

 Je mesurai son abnégation. Son désintéressement et sa générosité ne se démentirent  jamais, ni son respect des personnes dans ses conflits.

GC :  Tout ceci nous amena dés  décembre 1985 à fonder 

" Chrétiens Magazine" dont je fus aussi gérant & associé pendant 15 ans…

RL: Il m’engagea en tant qu’éditorialiste, assuma le Bloc-Notes dont je rêvais depuis longtemps. Il avait d’immense espérance. Sœur Brigitte Mac Kenna, une mystique et charismatique américaine de grand renom avait encouragé ses grandes espérances, mais trop tard. A l’heure  ou la formation de la jeunesse chrétienne dans nos collèges fut sacrifiée à la laïcité, dans l’oubli de l’instruction et de la formation chrétienne, sauf rares exceptions. Les chapelles sont souvent reconverties en salles de classe ou bibliothèques culturelles. Certes l’enseignement libre qu’on n’appelait plus catholique, a été exemplaire pour l’ordre et l’harmonie de la vie, mais les efforts pour transmettre le Vie Divine étaient trop isolés, et reconvertis en cercle culturel sur la sexualité ou la révolution de 1789, sous Mitterrand, ou en enseignement des religions : auberge espagnole où chacun pouvait faire son choix.

GC : en 1988 nous reprenions l’association Centrale Saint Jacques, créé par le chanoine Duthile dans les années 1939,qui faisait de l'Apostolat par la VPC « Un devoir de reprise m’avait-il dit ! ». Nous y reprenions surtout un Gros Passif financier et du Personnel…dont il supportait mal la promiscuité quotidienne, un vrai Sauvage ! …l’Edition d’un Agenda de pensées Chrétiennes, un bon produit qu’il espérait relancer , un Stock énorme de carteries et images du même genre en «héliogravure» qui s’avéra mal stocké et pourri et surtout un fichier clients, de 32 000 adresses jamais nettoyer, qui ne représentait que 15.000 clients Actifs ! 

2ans de grosses dettes…puis nous remontions.

Après la grève des postes de fin 1991, qui nous laissa à nouveau sans le sou et criblé de dettes, la générosité et l’attachement de nos Lecteurs et Clients ainsi que l’aide de leurs Bras & de leur temps nous permirent de repartir…

Mai 1994 j’éditai en Belgique, après 3 ans de préparation et  afin de ne pas être saisi à parution, « La Rose de Nostre Dame ».

RL : C’est difficilement qu’il atteignit le cap des 20 000 abonnés, non sans récession ultérieure. Le bureau de Chrétien Magazine fut longtemps un large centre de rencontres toniques et stimulantes, mais il se sentait de plus en plus mal dans la capitale, sur la défensive et il se replia sur sa Provence natale. Il consacrait toute sa vie au journal avec de grands projets divers sans cesse rebondissants (les témoignages des principaux voyants au Parc des Princes sous le patronage du cardinal Sin, qu’il espérait faire venir d’Asie mais qui mourut) y compris, qui n’aboutirent pas : l’extension de Chrétien Magazine à l’Europe grâce à des mécènes italiens, qui voulaient notamment une édition allemande, mais il ne donnait pas de précision et tout s’arrêta.

GC : -Une nouvelle grève des Postes, d’Octobre 94 à février 95. +

-Une mise a jour du plan comptable informatique,  par son programmeur avec un Virus dénommé Hilja « créant des extensions de fichier, ".LUC" pour « Lucifer », et générant une fausse et « double comptabilité » avant d’effacer la Bonne, « Sur Ordre !? » +

-Et surtout "l’indélicatesse" de notre comptable, de 750.000 Frs détourné par lui, « Sur Ordre !? » et ce grâce au programme incluent le  Virus ? Celui ci cachait les bons fichiers comptable et permettait de les remplacer avant de les détruire. Tout cela fut Fatale à nos Editions Mambré Saint Jacques, réalisant, sur cette période de quatre mois de fin d'année,  60 % de notre CA annuel.=

Dépôt de bilan, liquidation, et jugement qui  fut rendu un an après jour pour jour !  

Il nous restait Chrétiens Magazine en France & les éditions, en nom propre,  E.E.C.Mambré en Belgique. Dont j'étais, respectivement, Gérant & Propriétaire. 

Grace à Dieu:  Je ne fut pas Interdit de gestion ! L’adjointe de  Madame de Thoré  syndic Liquidatrice, représentant les fournisseurs laisés, étant elle même venu me défendre, disant devant les Juges que j’avais géré en « bon père de famille » hors l’un des trois juge, très agressif, réclamait ma tête. Les deux autres lui demandérent ce qu'il cherchait !…"Oups"

Mais Christian resta très blessé de tout ces événements, commença à voir de la trahison, partout en tout un chacun !

 Les Années passèrent, sans que nous puissions remonter de cette chute. Après plusieurs secrétaires remerciés, je du me résoudre à partir « Ad nutum » au doigt tel est la position du Gérant, Associé minoritaire en parts.

Le "commercial" en lui l’avait rattrapé. 

Ce fut Stéphanie Tuchban la secrétaire, qui bien au faît du contexte, pris après moi, mais sans parts d'Associé, la gérance un an, puis un Monsieur qui ne tenu guère longtemps, enfin Christian  du se résoudre à assumer seul l’ingérable !

Il fit en 2002 ce que nous avions prévu avec Stéphanie en 1998, partir sur la région d’Avignon, ou il vivait déjà depuis 93. Quatre ans plus tard, trop tard!

             

Jusqu’à ce 27 Décembre 2007, où une crise cardiaque dit-on eu raison de lui, à 65 ans !

Sept ans que nous ne nous étions pas vues, et je contemple dans un cercueil de bois blanc un corps, que je ne reconnais pas!

"Un Vieux" d’un aspect « plus de 80 ans décharné, pas soigné, le cheveu mi-long hirsutes, l’air Tourmenté », comme étant le corps de l’Homme dont j’ai partagé 18 ans de vie !!

 Lui qui était toujours « tiré à quatre épingles ? » ,  

 "Christian, je t’aurai croisé sans te reconnaître ! "

Hier, 15 janvier 2008,

en épluchant les mails accumulés depuis 3 mois sur notre  Site… internet : «Chrétiens.Magazine@wanadoo.fr »

 créé en 1996, j’apprends par Olivier Bonnassies la mort de Edmont Fricoteaux !   Fondateur et président de la Confrérie  « Notre-Dame de France », à l’origine du mouvement de prière mondiale des Vierges pèlerines. Lui-même ayant succombé à une crise cardiaque, en vacances aux Antilles, le 5 novembre 2007…?

Je ne voudrai voir là qu’une co-incidence !

 Qui est le troisiéme Hommes... à abattre ? 

 Un autre journaliste Patrice de Plunkett … ?

 Pour ceux qui nous suivaient depuis 1984  

et qui ont lu depuis1994 " La Rose de Nostre Dame" .

  De l’édition de ce livre:  des conséquences qui s’en   suivirent, Christian Ravaz  resta jusqu’à la fin sur ses gardes, atteint d’une parano  pour certains !

 "L’équilibre est ténu entre le génie et la folie .…

Une réel persécution !

( Dans tous les aspects de la matérialisation de la vie : sociale; administrative; financière; mais aussi et surtout morale et filiale) ce depuis 13 ans !…

Christian, je peu le dire aujourd’hui, tu voyait avec bon sens, justesse et raison tout cela !

(non pas :… Treize, rose maçonnique de Paris, la Lame de la mort dans les « Tarot »... ).

Autant d’absurde !?


Dans un livre annoté par Christian, qu'il me donna , 

« le Pendule de Foucault » Umberto Eco dit : ( Pauvre fou! Seras-tu ingénu au point de croire que nous t’enseignons ouvertement le plus grand et le plus important des secrets ? Je t’assure que celui qui voudra expliquer selon le sens ordinaire et littéral des mots ce qu’écrivent les philosophes hermétiques, il se trouvera pris dans les méandres d’un labyrinthe d’où il ne pourra pas s’enfuir, et il n’aura pas le fil d’Ariane qui le guide pour s’en sortir. ) …

               Sans commentaire, n’est ce pas !

 

GC: Pour moi, les intimidations furent réelles et de multiples formes, jusqu’à physique, et ont duré jusqu’à peu !

 En Décembre 2001, en France & en Belgique, J’ai stoppé & fermé toutes activités, entérinés et clôturé tous comptes. Quitté mon travaille, Christian et ma famille, changé de VIE.

En 2006 les 17.500 € que mon laissé l’Edition de ce  livre, tiré & vendu à + de 22000 exemplaires, me furent réclamé

 «  par les impôts Belge, malgré un Avoir de clôture de compte chez eux de 350.000 francs  Français qui lui (L'avoir) ne me fut jamais remboursé » & Enfin l'argent me fut pris  par saisie arrêt sur compte personnel en France,  le tout avec l'accord 

de l’administration Française !…

 ( Tout ça 6 ans après fermeture )

Je suis Handicapé à+ de 80% depuis 1992,et sans emploi fixe depuis 2001 !

                                Je suis donc non imposable ! Amen !

           Si ce Roman n'est qu'une Fiction pourquoi autant
        d'acharnement depuis 14 ans ?

Toujours bien avec Toi  Christian!

Dieu te Bénisse!
                                                                                                                                                                  Gilles Chabaud. 


Site

 Livre
 http://pagesperso-orange.fr/apparition/rose/index.htm