Les grandes dates de la vie de Jean-Paul II,
de sa naissance en 1920 aux dernières années de son pontificat


 

1920

- 18 mai : naissance à Wadowice, petite ville de moins de 7 000 habitants, au sud-est de Cracovie, près de la frontière tchécoslovaque. Ses parents s'appellent Karol Wojtyla, qui décédera en 1941, et Emilia Kaczorowska, qui meurt, en avril 1929, alors qu'il a 9 ans. Son père est officier dans l'armée, issu du rang. Karol a un frère aîné, Edmond, qui mourra à 27 ans, le 5 décembre 1932.


1938
- Mai : il reçoit le sacrement de confirmation.
- Octobre : après son baccalauréat, Karol Wojtyla entre à l'université Jagellon de Cracovie, où il commence des études de philologie. Il fréquente également l'école de théâtre et se lie à une troupe itinérante, le « Studio 38 », fondé par Kudlinski. C'est la même année qu'il commence à écrire.

1940
- Novembre : il trouve un emploi d'ouvrier, à Zakrzowek, près de Cracovie, dans une carrière de pierre appartenant à l'usine chimique Solvay.

1942
- Octobre : entrée au grand séminaire clandestin pour entamer des études théologiques. Il abandonne peu à peu ses études littéraires et ses activités théâtrales après sa première apparition seul en scène en mars 1943.

1944
- 17 décembre : il reçoit les deux premiers ordres mineurs. Il est ordonné diacre le 20 octobre 1946.

1946
- 1er novembre : ordonné prêtre par le cardinal Adam Sapieha, archevêque de Cracovie, dans sa chapelle privée.
- 2 novembre : première messe puis départ, le 15 novembre, à Rome, pour suivre ses études deux ans à l'université théologique Angelicum des dominicains et prépare ensuite sous la direction du P. Garrigou-Lagrange une thèse de doctorat en théologie consacrée au mystique espagnol saint Jean de la Croix.

1948
- Juillet : après avoir soutenu sa thèse, le 14 juin, il regagne la Pologne et est nommé comme vicaire dans une petite paroisse rurale, à Niegowic, dans le diocèse de Tarnow, où il passe treize mois, puis retour, en août 1949, à Cracovie comme vicaire à la paroisse Saint-Florian, une des plus importantes de Cracovie.

1953
- 1er octobre : l'abbé Wojtyla est nommé professeur de théologie morale et d'éthique sociale à la faculté de théologie de Cracovie, puis il enseigne régulièrement, à partir de l'année suivante, à l'université catholique de Lublin, foyer intellectuel du catholicisme polonais, où il a présenté sa thèse d'habilitation fondant une morale catholique sur le philosophe allemand Max Scheler.

1958
- 28 septembre : nommé en juillet, Karol Wojtyla est consacré évêque auxiliaire de Mgr Baziak à Cracovie. Mgr Wojtyla, devient, à 38 ans, le plus jeune évêque de Pologne. Il en sera nommé archevêque par Paul VI le 13 janvier 1964 puis créé cardinal le 26 juin 1967. Il devient alors le deuxième prélat du pays.

1962
- 5 octobre 1962-8 décembre 1965 : participation aux quatre sessions du Concile Vatican II. Il participe à l'élaboration du schéma XIII sur l'Église dans ce monde, devenu la Constitution pastorale Gaudium et spes. Il fait une intervention remarquée sur la liberté religieuse. Il publie la même année une étude éthique sur le thème « Amour et responsabilité ».

1964
- 8 mars : installation dans la cathédrale de Cracovie.

1966
- 29 décembre : l'archevêque Wojtyla est président de la Commission épiscopale pour l'apostolat des laïcs.

1969
- 15 mars : le cardinal Wojtyla élu vice-président de la Conférence épiscopale polonaise.

1971

- Octobre : il participe au synode des évêques à Rome et est élu membre du conseil du secrétariat général du synode consacré à deux thèmes, le sacerdoce ministériel et la justice dans le monde. Il participe aux célébrations de béatification du P. Kolbe.

1976

- 7-13 mars : prêche le Carême devant Paul VI à Rome.

1978

- 26 août : élection de Jean-Paul Ier qui meurt le 28 septembre. Habemus Papam : 1978

- 16 octobre : à la surprise générale, élection comme Pape, au 8e tour de scrutin, à 17 h 15, de Karol Wojtyla. Pour la première fois depuis 1522, un non-Italien accède au pontificat. Prenant pour nom Jean-Paul II, il devient le 264e successeur de l'apôtre Pierre. Il sera intronisé le 22 octobre.

- 19 novembre : le Pape reçoit Mgr Lefebvre, chef de file des traditionalistes.

1979

- 24 janvier : le nouveau Pape accepte que le Saint-Siège serve de médiateur dans le conflit frontalier entre le Chili et l'Argentine à propos du canal de Beagle.

- 25 janvier-1er février : premier voyage de Jean-Paul II à l'étranger. Au Mexique, il ouvre la 3e Conférence générale de l'épiscopat latino-américain à Puebla.

- 4 mars : Redemptor hominis (Le rédempteur de l'homme, Jésus-Christ), première encyclique de Jean-Paul II.

- 2 au 10 juin : pour la première fois dans l'histoire, un Pape se rend en Pologne. Jean-Paul II, dans son pays natal, affirme qu'il n'y aura pas d'Europe sans l'indépendance de la Pologne.

- 30 juin : Jean-Paul II crée les 15 premiers cardinaux de son pontificat. Parmi eux l'archevêque de Marseille, Mgr Etchegaray et Mgr Macharski, son successeur à Cracovie.

- 21 septembre : le Pape demande au P. Arrupe, général des jésuites, de remédier « à des déficiences déplorables » dans la Compagnie.

- 29 septembre : voyage en Irlande où le Pape dénonce la violence. - 1er-10 octobre : premier voyage aux États-Unis. Reçu à la Maison-Blanche par le président Carter, il s'adresse à l'Assemblée générale des Nations Unies.

- 28-30 novembre : premier voyage dans un pays à dominante musulmane, en Turquie. Jean-Paul II rencontre Dimitrios Ier, successeur d'Athénagoras, patriarche de Constantinople.

1980

- 14-31 janvier : Jean-Paul II convoque, à Rome, en synode particulier, les évêques des Pays-Bas.

- 30 mai-2 juin : premier voyage en France d'un Pape après celui de Pie VII en 1804. Il rencontre en particulier les jeunes et le monde du travail et fait une importante déclaration sur la culture au siège de l'Unesco.

- 26 septembre-25 octobre : synode ordinaire des évêques, à Rome, sur le thème : les tâches de la famille chrétienne dans le monde contemporain.

- 30 octobre : deuxième encyclique, Dives in misericordia[CT1] (Dieu riche en miséricorde).

- 15-17 novembre : voyage au pays de Luther, en Allemagne fédérale, à l'occasion du 450e anniversaire de la Confession d'Augsbourg.

1981 l'attentat

- 15 janvier : Jean-Paul II reçoit Lech Walesa, président du syndicat polonais Solidarité, cinq mois après les accords de Gdansk.

- 27 février : nomination de Mgr Jean-Marie Lustiger comme archevêque de Paris.

- 9 mai : création d'un Conseil pontifical pour la famille.

- 13 mai : Jean-Paul II est victime d'un attentat place Saint-Pierre à Rome, perpétré par un jeune militant turc d'extrême droite, Mehmet Ali Agça. Ce dernier sera condamné à la prison à perpétuité le 20 juillet. Opéré pendant cinq heures, le Pape sera de nouveau hospitalisé le 20 puis partira en convalescence à Castel Gandolfo.


- 14 septembre : 3e encyclique,[CT2] Laborem exercens, sur le travail humain, à l'occasion du 90e anniversaire de l'encyclique Rerum novarum, origine de la doctrine sociale de l'Église.

- 5 octobre : le P. Dezza est nommé délégué personnel du Pape à la tête de la Compagnie de Jésus, en raison de la maladie du P. Arrupe.

- 25 novembre : nomination du cardinal Joseph Ratzinger comme préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi.

1982

- 16 janvier : le Saint-Siège et la Grande-Bretagne rétablissent leurs relations diplomatiques interrompues depuis quatre cent cinquante ans.

- 23 août : L'Opus Dei est élevé au rang de prélature personnelle.

- 15 septembre : audience de Yasser Arafat, chef de l'OLP, au Vatican et vives réactions.

- 10 octobre : canonisation de Maximilien Kolbe, franciscain polonais mort à Auschwitz en 1941.

- 31 octobre-9 novembre : voyage en Espagne où il lance, à Saint-Jacques-de-Compostelle, un appel à la reconstruction spirituelle de l'Europe.

- 23-26 novembre : assemblée plénière du Sacré-Collège convoquée pour moraliser les activités financières du Saint-Siège après le scandale de la banque Ambrosiano.

1983

- 25 janvier : Jean-Paul II promulgue un nouveau Code de droit canonique après vingt ans de travaux préparatoires.

- 2 février : 18 nouveaux cardinaux, dont Mgr Lustiger, le P. Henri de Lubac et Mgr Glemp, primat de Pologne.

- 25 mars : ouverture de l'Année sainte extraordinaire en commémoration du 1 950e anniversaire de la mort du Christ.

- 14-15 août : pèlerinage à Lourdes.

- 29 septembre-25 octobre : synode des évêques sur le thème de la réconciliation et la pénitence dans la vie et la mission de l'Église.

- 11 décembre : le Pape rend visite à la communauté évangélique luthérienne de Rome. Une première.

- 27 décembre : Jean-Paul II donne l'accolade, dans sa prison romaine de Rebibbia, au terroriste turc Ali Agça qui l'avait grièvement blessé en mai 1981.

1984

- 18 février : signature d'un nouveau concordat entre l'Italie et le Vatican. Le catholicisme n'est plus religion d'État.

- 9 avril : la Curie s'internationalise davantage. Mgr Etchegaray, archevêque de Marseille, est nommé président de la Commission pontificale Justice et Paix et du Conseil Cor unum, l'organisme qui coordonne au plan mondial l'activité caritative de l'Église.

- 11 juin : Pieter Botha, ministre sud-africain des affaires étrangères, est reçu au Vatican par Jean-Paul II. Le Saint-Siège rappelle sa condamnation de l'apartheid.

- 12-17 juin : voyage en Suisse. C'est la première visite pastorale d'un Pape dans la Confédération helvétique depuis 1418. Le Pape se rend au Conseil oecuménique des Églises à Genève.

- 10 août : le nouveau Code de droit canonique ne permettant pas le cumul des fonctions religieuses et politiques, le Saint-Siège demande aux trois prêtres ministres nicaraguayens de choisir entre leur ministère et leurs engagement politique.

- 19 octobre : enlèvement puis assassinat du P. Jerzy Popieluszko, « l'aumônier de Solidarité ». Le 3 novembre suivant, des dizaines de milliers de personnes suivent les obsèques du prêtre dont le corps a été retrouvé le 30 octobre. Une enquête est demandée par le comité central du parti communiste.

1985

- 7 février : condamnation des assassins du P. Popieluzsko à vingt-cinq ans de réclusion.

- 19 février : Shimon Peres, le premier ministre israélien, est reçu en audience privée par Jean-Paul II. C'est la première fois depuis vingt-deux ans qu'un chef de gouvernement hébreu est reçu au Vatican. Le statut de Jérusalem est notamment au c?ur des discussions.

- 11 mars : nouveau secrétaire général du PC soviétique, Mikhaïl Gorbatchev.

- 25 mai : 28 nouveaux cardinaux parmi lesquels deux français, Mgr Albert Decourtray, archevêque de Lyon, et Mgr Paul Poupard, président du Secrétariat romain pour les non-croyants et ancien recteur de l'Institut catholique de Paris.

- 3 juillet : quatrième encyclique, Slavorum apostoli, à l'occasion du 11e centenaire de l'oeuvre d'évangélisation des saints Cyrille et Méthode.

- 24 novembre-8 décembre : un synode extraordinaire, à Rome, pour le 20e anniversaire de Vatican II, exprime le souhait d'un nouveau catéchisme universel.

1986

- 5 avril : la Congrégation pour la doctrine de la foi publie une nouvelle instruction sur la liberté chrétienne et la libération, Libertatis conscientia, sur les aspects positifs de la théologie de la libération. C'est le second document sur cette question après celui de septembre 1984.

- 13 avril : Jean-Paul II se rend à la grande synagogue de Rome où il prie en compagnie d'Elio Toaff, le grand rabbin. Cet événement est suivi d'un entretien au cours duquel le Pape insiste sur les origines communes des deux religions.

- 18 mai : cinquième encyclique de Jean-Paul II, Dominum et vivificantem, « Il est Seigneur et il donne la vie », portant sur l'Esprit-Saint dans la vie de l'Église et du monde.

- 4-7 octobre : 3e voyage en France (Lyon, Taizé, Paray-le-Monial, Ars, Annecy). Le Pape béatifie le P. Chevrier et rencontre les jeunes au stade de Gerland, à Lyon.

- 27 octobre : rencontre à Assise, à l'initiative de Jean-Paul II, pour une journée de prière en faveur de la paix de 130 représentants des 12 principales religions du monde.

1987

- 13 janvier : le général Jaruzelski, chef de l'État polonais, est reçu par Jean-Paul II.

- 10 mars : la Congrégation pour la doctrine de la foi publie un texte sur le respect de la vie humaine naissante et de la dignité de la procréation, Donum vitae, à propos des progrès récents de la recherche biomédicale.

- 25 mars : sixième encyclique, Redemptoris Mater, la bienheureuse Vierge Marie dans la vie de l'Église en marche.

- 11-12 avril : IIe Journée mondiale de la jeunesse, à Buenos Aires (Argentine).

- 5 juin : lettre apostolique Sescentima anniversia aux évêques de Lituanie à l'occasion du VIe centenaire du baptême de la Lituanie.

- 6 juin : ouverture de l'année mariale.

- 25 juin : Kurt Waldheim, président autrichien, est reçu au Vatican. Le passé d'officier nazi de Kurt Waldheim crée une polémique.

- 1er-30 octobre : VIIe assemblée du synode des évêques à Rome sur le thème : « Vocation et mission des laïcs dans l'Église et dans le monde ».

- 28 décembre : Mgr Michel Sabbah, un Palestinien, est nommé patriarche latin de Jérusalem.

1988

- 19 février : à l'occasion du 20eanniversaire de Populorum progressio, Jean-Paul II publie une encyclique sur la question sociale, Sollicitudo rei socialis, qui souligne à la dimension internationale de l'enseignement social de l'Église.

- 30 juin : en consacrant quatre nouveaux évêques, à Écône, Mgr Marcel Lefebvre se met hors de la communion de l'Église catholique, crée un schisme sanctionné, ipso facto, d'excommunication.

- 15 août : publication d'une lettre apostolique, Mulieris dignitatem, sur la dignité et la vocation de la femme.

- 8-11 octobre : quatrième voyage en France (Strasbourg, Metz, Nancy, Mulhouse, Institutions européennes).

1989 - Février : exhortation apostolique post-synodale Christifideles laici, sur la vocation et la mission des laïcs dans l'Église et dans le monde.

- 19-20 août : IVe Journée mondiale de la jeunesse à Saint-Jacques de Compostelle (Espagne).

- 29 septembre-2 octobre : rencontre, à Rome, avec Robert Runcie, archevêque de Cantorbéry, primat de la Communion anglicane.

- 24 octobre : exhortation apostolique : Redemptoris custos, consacrée à la figure et la mission de saint Joseph. 1er décembre : Jean-Paul II reçoit, au Vatican, le numéro un soviétique, Mikhaïl Gorbatchev.

1990

- 21-22 avril : voyage en Tchécoslovaquie. Jean-Paul II annonce un synode spécial sur l'Europe.

- 30 septembre-28 octobre : VIIIe assemblée générale du synode des évêques, sur la formation des prêtres.

- 25 octobre : présentation à Rome du Code de droit canonique des Églises catholiques orientales.

- 7 décembre : 8e encyclique Redemptoris missio, sur la permanence et l'obligation de la mission.

1991

- 15 janvier : lettres au président Bush et à Saddam Hussein contre la guerre dans le Golfe.

- 4-5 mars : réunion, à Rome, des représentants des épiscopats impliqués dans la guerre du Golfe.

- 4-6 avril : assemblée extraordinaire des cardinaux à Rome sur la défense de la vie et le défi des sectes.

- 1er mai : 9e encyclique Centesimus annus, pour le centième anniversaire de la première grande encyclique sociale, Rerum novarum.

- 31 mai : lettre aux évêques européens sur les relations catholiques-orthodoxes.

- 28 juin : création de 22 cardinaux, dont Mgr Coffy, archevêque de Marseille.

- 13-20 août : voyage en Pologne et en Hongrie. Jean-Paul II rassemble plus d'un million de jeunes à Czestochowa, lors de la VIe Journée mondiale de la jeunesse.

- 28 novembre-14 décembre : synode, à Rome, des évêques pour l'Europe, venus de part et d'autre de l'ancien rideau de fer.

1992

- 19-26 février : 8e voyage en Afrique (Gabon, Gambie, Guinée, Sénégal).

- 25 février : exhortation apostolique Pastores dabo vobis sur l'identité et la formation des prêtres.

- 13 mai : création de la Journée mondiale des malades.

- 4-10 juin : 9e voyage en Afrique (Angola, Sao Tomé et Principe).

- 25 juin : le Pape approuve officiellement un nouveau catéchisme catholique qui sera publié ultérieurement.

- 15 juillet : Jean-Paul II est opéré à la clinique Gemelli où on lui retire de l'intestin une tumeur bénigne.

- 9-14 octobre : voyage à Saint-Domingue à l'occasion du 5e centenaire de l'évangélisation des continents américains. Jean-Paul II préside à l'ouverture des travaux de la 4e assemblée du Celam, le Conseil des épiscopats d'Amérique latine.

1993

- 9-10 janvier : à Assise, rencontre interreligieuse de prière en faveur de la paix en Europe, en particulier dans les Balkans.

- 3-10 février : 10e voyage en Afrique (Bénin, Ouganda, Soudan). Ce voyage prend un aspect particulier du fait de la situation en Ouganda touché par le sida, et au Soudan où la montée du fondamentalisme musulman, dans un État islamique, entraîne la persécution des chrétiens.

- 25 avril : voyage en Albanie.

- 12-17 juin : voyage en Espagne.

- 6 août : encyclique Veritatis Splendor sur la morale et ses fondements. Pour la première fois, la publication en France d'un tel ouvrage est un véritable succès de librairie.

- 10-15 août : voyage aux Amériques (Jamaïque, Mexique, États-Unis). Il s'agit du 3e voyage au Mexique et du 4e aux États-Unis. Du 13 au 15 août, les VIIIes Journées mondiales de la jeunesse sont célébrées à Denver. Jean-Paul II rencontre Bill Clinton. Il se fait le chantre de la protection de la vie depuis la conception de l'enfant à naître jusqu'au grand âge de la vie. En toile de fond, les questions de l'avortement et de l'euthanasie.

- 4-10 septembre : voyage dans les États baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie). Pour la première fois, un Pape se rend sur le territoire de l'ancien glacis soviétique. Ses discours sont un hymne aux martyrs de la liberté.

- 16 octobre : Jean-Paul II fête ses quinze ans de pontificat.

- 11 novembre : à la suite d'une chute, le Pape est hospitalisé pour une fracture et un déboîtement de l'épaule droite.

- 16 novembre : publication en France, en première mondiale, du Catéchisme de l'Église catholique destiné à devenir un succès de librairie.

1994

- 22 février : lettre apostolique : Lettre aux familles. Autre succès de librairie après Veritatis Splendor et le Catéchisme de l'Église catholique.

- 29 avril : Jean-Paul II est hospitalisé pour la septième fois de sa vie. Ayant glissé dans sa salle de bains, il s'est fracturé la tête du fémur droit. Il doit renoncer à un voyage en Sicile et en Belgique. L'objectif de ce dernier voyage était, pour la première fois, une béatification, celle du P. Damien de Veuster.

- 30 mai : lettre apostolique : Ordinatio sacerdotalis, sur l'ordination sacerdotale exclusivement réservée aux hommes.

- 2 juin : Jean-Paul II reçoit le président américain Bill Clinton dans sa bibliothèque privée.

- 13-14 juin : le Pape préside un consistoire extraordinaire des cardinaux, consacré à la préparation de l'an 2000.

- 16 juillet : annonce de la publication, en octobre, d'un ouvrage personnel de Jean-Paul II, traduit en 20 langues.

- 5 septembre : annulation de la visite de Jean- Paul II à Sarajevo, prévue le 8. Le Vatican explique que le Souverain Pontife n'a pas reçu toutes les garanties pour sa sécurité ainsi que pour celle de la population bosniaque. Il a craint également que son voyage ne soit mal compris et n'augmente les tensions à Sarajevo.

- 11 septembre : aller et retour à Zagreb. Accueil enthousiaste de la Croatie très catholique. Pour la première fois, l'état de santé du Pape ne lui permet pas de s'agenouiller pour embrasser la terre du pays hôte.

- 5 au 13 septembre : la conférence du Caire, organisée par l'ONU sur la démographie mondiale, est le théâtre d'une intense activité diplomatico-médiatique du Saint-Siège. Son opposition à l'avortement et à la contraception laisse au second plan son combat pour une plus grande justice internationale et la promotion de la femme. Les médias s'enflamment sur une supposée « sainte alliance » avec les mollahs intégristes.

- Octobre : annulation, à la demande des médecins, du voyage au siège de l'ONU à New York, prévu le 21 octobre. Le Pape aurait dû prononcer une importante allocution devant l'assemblée générale et visiter trois diocèses américains de la côte Est.

- 19 octobre : parution dans 35 pays, en vingt langues, du premier livre-entretien jamais signé par un Pape : Entrez dans l'espérance. Jean-Paul II balaie d'une plume alerte en 35 chapitres les grands thèmes qui lui sont chers. C'est, en quel- que sorte, une catéchèse personnalisée.

4 au 6 novembre : quatrième visite pastorale en Sicile.

- 10 novembre : Lettre apostolique Tertio millennio adveniente sur la préparation du Grand Jubilé de l'an 2000.

- 11 novembre : signature d'une déclaration christologique commune avec l'Église assyrienne de l'Orient.

1995

- 11-21 janvier : voyage en Asie et en Océanie. Aux Philippines, le Pape fête le IVe centenaire des premiers diocèses du pays et célèbre la Xe Journée mondiale de la jeunesse, à Manille. Elle rassemble plusieurs millions de personnes.

- 13 janvier : l'évêque d'Évreux est transféré ; l'« affaire Gaillot » commence.

- 25 mars : publication de l'encyclique Evangelium vitae, qui réaffirme vigoureusement la condamnation de l'avortement et de l'euthanasie.

- 2 mai : la Lettre apostolique Orientale lumen réaffirme la nécessité pour toute l'Église de respirer de ses « deux poumons », latin et oriental.

- 21-22 mai : voyage en République tchèque et en Pologne. La canonisation de Jan Sarkander, martyr de la Réforme, est contestée par les protestants.

- 25 mai : Ut unum sint est la première encyclique jamais consacrée à l'engagement ?cuménique catholique ; Jean-Paul II reconnaît la nécessité d'un nouveau mode d'exercice de son ministère de successeur de Pierre au service de l'Unité de toutes les Églises.

- 3-4 juin : voyage en Belgique, le premier effectué dans le seul but de béatifier quelqu'un : le P. Damien De Veuster, apôtre des lépreux aux îles Hawaii.

- 29 juin : Jean-Paul II publie la « Lettre aux femmes ». Il reçoit pour la première fois le patriarche Bartholomeos Ier de Constantinople.

- 30 juin-2 juillet : voyage en Slovaquie. Jean-Paul II s'adresse particulièrement aux catholiques de rite oriental et s'incline devant un monument aux martyrs protestants des guerres de religion.

- 5 août : messe pour le 50e anniversaire de l'explosion de la bombe atomique au-dessus d'Hiroshima et de Nagasaki.

- 10 septembre : Jean-Paul II réunit les jeunes d'Europe au sanctuaire de Notre-Dame de Lorette, en Italie.

- 14-19 septembre : publication de l'exhortation apostolique post-synodale Ecclesia in Africa lors du voyage qui célèbre le « synode africain » : Jean-Paul II se rend successivement au Cameroun, en Afrique du Sud et au Kenya.

- 4-8 octobre : lors de son voyage aux États-Unis, le Pape salue le 50e anniversaire de l'ONU par un discours de philosophie politique appliquée aux relations internationales, prononcé à New York. Face aux Américains, il renouvelle sa condamnation de la « culture de mort ».

- 15 décembre : message aux catholiques de France dans la perspective de sa visite prévue pour septembre 1996.

- 22 décembre : Mgr Gaillot est reçu par Jean-Paul II ; l'avenir de l'ex-évêque d'Évreux est remis à l'Église de France.

1996

- 20 janvier : visite d'État du président de la République française, Jacques Chirac, au Vatican.

- 5-12 février : voyage au Guatemala, au Nicaragua, au Salvador et au Venezuela.

- 22 février : constitution apostolique Universi dominici gregis sur la vacance du Siège apostolique et l'élection du Pontife romain.

- 25 mars : exhortation apostolique post-synodale sur la vie consacrée.

- 14 avril : visite en Tunisie.

- 17-19 mai : voyage en Slovénie.

- 21-23 juin : premier voyage de Jean-Paul II en Allemegne réunifiée.

- 6-7 septembre : voyage en Hongrie pour le millénaire de l'abbaye Pannonhalma.

- 19-22 septembre : le sixième voyage de Jean-Paul II en France, précédé d'un vent de critiques, se révèle un grand succès. - 8 octobre : le Pape subit une opération de l'appendicite.

- 1er-8 novembre : entouré par 1 500 prêtres ordonnés comme lui en 1946, Jean-Paul II fête ses cinquante ans de sacerdoce.

- 19 novembre : première rencontre à Rome avec le président cubain Fidel Castro qui invite le Pape à se rendre à Cuba. L'idée d'un voyage sur l'île se précise.

- 22 novembre : parution de Ma vocation, don et mystère, un livre de souvenirs personnels et de réflexions sur le sacerdoce du Pape.

- 30 novembre : au début de l'année lithurgique, Jean-Paul II ouvre officiellement à Rome les trois années préparatoires au Jubilé de l'an 2000. « Cet itinéraire nous conduira jusqu'au sueil de la Porte sainte que j'ouvrirai, s'il plait à Dieu, la nuit de Noël 1999.

- 12 décembre : Jean-Paul II reçoit à Rome le Catholicos arménien Karékine Ier.

- 24 décembre : pour raison de santé, et pour la première fois depuis son élection, Jean-Paul II renonce à présider la messe du jour de Noël à Saint-Pierre de Rome.

1997

- 2 janvier : le théologien srilankais Tissa Balassuriya est excommunié. La Congrégation pour la doctrine de la foi estime cet oblat de Marie-Immaculée a, dans ses écrits, nié la divinité du Christ. Il sera ensuite réhabilité.

- 13 avril : lors d'une visite-éclair très attendue dans la ville martyre de Sarajevo, Jean-Paul II rassemble 50 000 personnes dans le stade. Il plaide pour la réconciliation entre les trois communautés de Bosnie.

- 25-27 avril : troisième voyage en République tchèque pour fêter le millénaire de l'évangélisation de la Bohême qui est l'occasion d'un rapprochement avec l'Église évangélique des frères de Bohême.

- 10-11 mai : un million de personnes, chrétiens et musulmans réunis, accueillent Jean-Paul II à Beyrouth. Il y proclame l'exhortation apostolique du Synode spécial des évêques pour le Liban, « Une espérance nouvelle pour le Liban ». C'est le premier voyage d'un Pape au Proche-Orient depuis celui de Paul VI à Jérusalem en 1964.

- 31 mai-10 juin : septième voyage de Jean-Paul II en Pologne pour la clôture du 46e Congrès eucharistique mondial. Cette visite est l'occasion d'un long pèlerinage de dix jours dans son pays natal et qui rassemblera quelque 5,6 millions de fidèles.

- 11 juin : après de longues tergiversations, la rencontre prévue en Autriche entre Jean-Paul II et le patriarche orthodoxe de Moscou Alexis II est annulée.

- 21-24 août : septième visite en France de Jean-Paul II, à l'occasion des XIIes Journées mondiales de la jeunesse. À Paris, 500 000 jeunes l'accueilleront pour sa première messe au Champ-de-Mars et près d'un million de fidèles assisteront à la célébration de clôture à l'hippodrome de Longchamp.

- 2-6 octobre : Jean-Paul II se rend à Rio-de-Janeiro (Brésil) pour la IIe Rencontre mondiale des familles. L'occasion de rappeler, une nouvelle fois, son message sur la famille.

- 19 octobre : Jean-Paul II proclame sainte Thérèse de Lisieux, docteur de l'Église. Elle devient la troisième femme à obtenir ce titre.

- 31 octobre : « l'antisémitisme est absolument condamnable », déclare Jean-Paul II aux participants d'un colloque organisé sur l'antijudaïsme.

1998

- 12 janvier : dans son discours de voeux au corps diplomatique, Jean-Paul II stigmatise l'« embargo impitoyable » contre l'Irak.

- 21-25 janvier : visite « historique » à Cuba. Accueilli avec une grande ferveur, Jean-Paul II apporte son soutien à une Église réduite à sa plus simple expression par la dictature castriste.

- 10 février : Jean-Paul II rencontre Boris Eltsine au Vatican, pour la première fois depuis la fin de l'URSS.

- 16 mars : le Vatican publie Nous nous souvenons : une réflexion sur la Shoah. Ce texte formule un « acte de repentance » pour l'antijudaïsme des chrétiens à travers les siècles, mais écarte l'idée d'une coresponsabilité catholique dans les persécutions nazies.

- 21-23 mars : visite du Pape au Nigeria.

- 22 mai : le pontificat de Jean-Paul II devient le plus long du siècle, dépassant les 7 152 jours du règne de Pie XII.

- 24 mai : Jean-Paul II se rend à Turin, où une nouvelle ostension du Suaire a débuté le 18 avril. C'est une « icône de la souffrance de l'innocent de tous les temps », déclare-t-il à propos de la relique.

- 30 mai : 200 000 membres des communautés nouvelles se rassemblent place Saint-Pierre. Jean-Paul II les invitent à franchir l'étape de « la maturité ecclésiale ».

- 19-21 juin : troisième visite de Jean-Paul II en Autriche. « Ne partez pas de l'Église », déclare le Saint-Père aux catholiques d'Autriche, blessés par l'affaire Groër, ancien archevêque de Vienne, accusé d'attouchements sexuels.

- 30 juin : motu proprio Ad tuendam fidem, où Jean-Paul II renforce l'obligation d'adhésion des fidèles au Magistère de l'Église.

- 2-4 octobre : visite en Croatie.

- 11 octobre : sur la place Saint-Pierre à Rome, canonisation d'Edith Stein, juive convertie, morte en déportation, en 1942, à Auschwitz.

- 15 octobre : à la veille des vingt ans de pontificat de Jean-Paul II, le Vatican publie l'encyclique Fides et ratio, ardent plaidoyer pour la nécessaire conciliation entre la foi et l'intelligence. « Si elle n'est pas pensée, la foi n'est rien », souligne cette encyclique, la treizième signée par Jean-Paul II. - 31 octobre : lors d'un symposium historique sur l'Inquisition, à Rome, Jean-Paul II réaffirme qu'il s'agit d'un « chapitre douloureux pour lequel les fils de l'Église ne peuvent pas ne pas revenir en esprit de repentir ».

- 27 novembre : le Vatican publie la bulle d'indiction convoquant le Grand Jubilé et Année sainte (24 décembre 1999-6 janvier 2001).

1999

- 22-26 janvier : visite au Mexique. Vingt ans après son premier voyage dans ce pays, Jean-Paul II s'adresse aux Églises de l'ensemble du continent américain en promulguant l'exhortation apostolique Ecclesia in America concluant le synode pour l'Amérique tenu à Rome fin 1997.

- 27 janvier : sur le chemin du retour, Jean-Paul II rencontre Bill Clinton à Saint-Louis (Missouri).

- 7-9 mai : visite en Roumanie, la première d'un Pape sur une terre majoritairement orthodoxe et considérée comme un pas très important pour l'oecuménisme. -

5-17 juin : Jean-Paul II en Pologne. C'est le huitième et le plus long voyage du Pape sur sa terre natale. Un pèlerinage en forme de testament, vingt ans après sa première visite pastorale.

- 29 juin : publication de sa Lettre sur le pèlerinage aux lieux liés à l'histoire du salut, où le Pape explique pourquoi, dans le cadre du Grand Jubilé, il souhaite mettre ses pas dans ceux d'Abraham, de Jésus et de Paul.

- 19 septembre : second voyage en Slovénie, pour la béatification de Mgr Anton Slomsek, à Maribor. - 1er octobre : Jean-Paul II proclame les saintes Brigitte de Suède, Catherine de Sienne et Édith Stein, copatronnes de l'Europe (avec saint Benoît et les saints Cyrille et Méthode).

- 24-28 octobre : assemblée interreligieuse à Rome puis Assise, sur « la collaboration des religions au seuil du 3e millénaire ».

- 31 octobre : signature, à Augsbourg (Allemagne), d'une « Déclaration sur la justification » commune à l'Église catholique et à la Fédération luthérienne mondiale : c'est le premier accord doctrinal fondamental entre Rome et une confession protestante depuis la Réforme.

- 6-8 novembre : cette visite en Inde a pour but de proclamer l'exhortation apostolique Ecclesia in Asia, à New Delhi suite au synode tenu à Rome au printemps 1998. Le Pape prolonge ce voyage par une étape à Tbilissi (Géorgie), soit son deuxième voyage dans un pays à majorité orthodoxe.

- 24 décembre : ouverture solennelle de la Porte sainte du Jubilé à la basilique Saint-Pierre de Rome, lors de la messe de minuit, peu avant celle de Bethléem.

- 25 décembre : ouverture des Portes saintes de la basilique romaine Saint-Jean-de-Latran (les deux dernières, Sainte-Marie- Majeure et Saint-Paul-hors-les-Murs, le seront respectivement le 1er janvier, fête de la Mère de Dieu et Journée de la paix, et le 18 janvier, pour l'entrée dans la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens).

2000

- 2 janvier : le Jubilé des enfants ouvre une impressionnante série de célébrations destinée, tout au long de l'Année sainte, à fêter des groupes sociaux ou professionnels. - 9 février : les maronites sont les premiers parmi les diverses Églises catholiques orientales à voir leur rite célébré dans le cadre du Jubilé.

- 15 février : Jean-Paul II et Yasser Arafat signent le premier accord fondamental entre le Saint-Siège et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP, agissant au nom de l'Autorité palestinienne), qui reconnaît les établissements catholiques en territoires palestiniens et demande des garanties pour Jérusalem.

- 24-26 février : après un pèlerinage « en pensée » à Ur le 23 février (l'embargo pesant sur l'Irak l'empêchait de se rendre en Irak sur les pas d'Abraham), Jean-Paul II se rend en Égypte : au Caire, où il rencontre le pape copte-orthodoxe Chenouda III, et au monastère grec-orthodoxe Sainte-Catherine du Sinaï.

- 12 mars : Jean-Paul II effectue une démarche historique de repentance, demandant pardon à Dieu au nom de toute l'Église catholique, pour les fautes commises depuis deux mille ans par les fils de celle-ci, notamment contre la vérité et l'unité, dans les relations avec le peuple juif et à l'égard des droits de l'homme.

- 20-26 mars : Jean-Paul II réalise un vieux rêve en effectuant un pèlerinage en Terre sainte (Jordanie, territoires palestiniens, Israël) aux dimensions à la fois fortement spirituelles, interreligieuses et politiques.

- 7 mai : au Colisée, Jean-Paul II préside une « commémoration oecuménique des témoins de la foi du XXe siècle », en présence de délégués des confessions chrétiennes.

- 12-13 mai : le Pape se rend pour la troisième fois à Fatima pour y béatifier deux des trois enfants portugais (la troisième étant encore en vie) auxquels la Vierge est apparue en 1917. En ce jour anniversaire de l'attentat dont il avait été l'objet en 1981, Jean-Paul II fait révéler par le cardinal Sodano la teneur du fameux « troisième secret », qui peut être lu comme annonçant cet événement parmi toutes les persécutions antichrétiennes que ce siècle devait connaître.

- 18 mai : le Pape fête son 80e anniversaire avec 8 000 prêtres venus à Rome célébrer leur Jubilé. - 9 juillet : suivant l'exemple de Jean XXIII, Jean-Paul II visite les prisonniers de Regina Celli, à Rome, dans le cadre du Jubilé dans les prisons.

- 15-20 août : les 15es Journées mondiales de la jeunesse constituent le Jubilé des jeunes du monde entier, dans toute l'Italie puis à Rome (Tor Vergata).

- 3 septembre : béatification des Papes Pie IX et Jean XXIII.

- 5 septembre : la Congrégation pour la doctrine de la foi publie la déclaration Dominus Iesus « sur l'unicité et l'universalité salvifique de Jésus-Christ et de l'Église ». Ce document, approuvé par Jean-Paul II, suscite de fortes réactions dans les milieux ?cuméniques et interreligieux.

- 1er octobre : canonisation de 120 martyrs de Chine. - 8 octobre : à l'occasion du Jubilé des évêques, le Pape proclame un « acte de confiance » de l'Église catholique en la Vierge Marie pour le 3e millénaire.

- 14-15 octobre : le Jubilé des familles constitue l'un des rassemblements les plus nombreux et les plus significatifs de l'Année sainte à Rome.

- 4-5 novembre : Jubilé des chefs de gouvernements, parlementaires et responsables politiques.

- 9-10 novembre : recevant la visite du catholicos arménien Karékine II au Vatican, le Pape rappelle la foi commune aux deux Églises et réaffirme l'engagement ?cuménique comme « impératif de la conscience chrétienne ».

2001

- 6 janvier : en la solennité de l'Épiphanie, Jean-Paul II clôt le Grand Jubilé en refermant la Porte sainte de la basilique Saint-Pierre de Rome, en présidant l'eucharistie devant 100 000 pèlerins et en signant la lettre apostolique Novo millennio ineunte (« Au début du nouveau millénaire »), appelant l'Église à « avancer au large ».

- 21 et 28 janvier : le Pape annonce pour le 21 février un consistoire ordinaire pour la création de 44 nouveaux cardinaux. Cela porte l'effectif du Sacré Collège au chiffre record de 184 membres, dont 135 âgés de moins de 80 ans (au-delà, donc, du maximum de 120 cardinaux électeurs prévu par les normes en vigueur).

- 2 février : publication d'une nouvelle Loi fondamentale de l'État de la Cité du Vatican ; elle remplace la première du genre, signée par Pie XI en 1929. - 11 mars : béatification de 233 martyrs de la guerre civile espagnole (1936-1939).

- 4-9 mai : Jean-Paul II se rend sur les traces de saint Paul à Athènes, en Syrie et à Malte. Il parvient à surmonter l'hostilité des orthodoxes grecs et effectue, à Damas, la première visite d'un Pape dans une mosquée.

- 21-24 mai : le Pape réunit le 6e consistoire extraordinaire des cardinaux de son pontificat, afin de réfléchir aux grands défis qui se posent à l'Église au tournant du millénaire.

- 23-27 juin : nouveau voyage « historique » de Jean-Paul II, en Ukraine cette fois, où il va soutenir l'Église gréco-catholique renaissante et rencontrer une orthodoxie divisée.

- 11 septembre : le Pape se dit « bouleversé par l'indicible horreur » des attentats aux États-Unis, où il voit « une épouvantable offense envers la paix, une terrible atteinte à la dignité humaine ».

- 22-27 septembre : voyage au Kazakhstan et en Arménie. Jean-Paul II y redit son appel au dialogue interreligieux et à l'unité des chrétiens.

- 30 septembre - 27 octobre : 10e assemblée ordinaire du synode des évêques, consacrée à « l'évêque, serviteur de Jésus-Christ pour l'espérance ».

- 22 novembre : l'exhortation apostolique Ecclesia in Oceania conclut le synode tenu fin 1998 à Rome.

2002

- 24 janvier : Jean-Paul II invite 200 représentants des religions du monde à Assise pour prier pour la paix après les attentats du 11 septembre 2001.

- 11 février : l'élévation des quatre administrations apostoliques de Russie au rang de diocèses ravive les tensions avec Moscou.

- 22-26 mai : voyage en Azerbaïdjan et en Bulgarie.

- 17 juin : canonisation du très populaire Padre Pio, le capucin italien stigmatisé de Pietrelcino.

- 25-29 juillet : 17es JMJ, à Toronto (Canada). Dans les jours qui suivent, Jean-Paul II prolonge son voyage vers le Guatemala et le Mexique.

- 16-19 août : 9e voyage en Pologne, dans sa région natale de Cracovie.

- 6 octobre : canonisation de Josémaria Escriva de Balaguer, fondateur de l’Opus Dei.

- 16 octobre : la lettre «Rosarium Virginis Mariae» ouvre une année consacrée au Rosaire.

2003

- 17 avril : la 14e encyclique de Jean-Paul II, «Ecclesia de Eucharistia», est consacrée au sacrement de l’Eucharistie.

- 3-4 mai : visite en Espagne.

- 5-6 juin : en Croatie, le Pape effectue son 100e voyage pastoral hors d’Italie. Dans les mois suivants, il se rendra encore en Bosnie (le 22 juin), puis, du 11 au 14 septembre, en Slovaquie où il apparaîtra comme particulièrement diminué physiquement.

- 28 juin et 16 octobre : exhortations apostoliques Ecclesia in Europa et Pastores gregis, issues des synodes des évêques sur l’Europe (octobre 1999) et sur le ministère épiscopal (octobre 2001).

- 21 octobre : consistoire pour la création de 31 nouveaux cardinaux, dont les Français Jean-Louis Tauran (curie), Philippe Barbarin (Lyon) et Bernard Panafieu (Marseille).

- 24 novembre : visites ad limina des évêques de France à Rome, par provinces ecclésiastiques (jusqu’à fin février 2004).

2004

- 14 mars : le pontificat de Jean-Paul II devient le deuxième plus long de l’histoire, après celui de Pie IX (1846-1878).

- 18 mai : sortie du livre de Jean-Paul II Levez-vous et allons !

- 5-6 juin : voyage à Berne pour la Rencontre des jeunes de Suisse.

- 29 juin : seconde visite du patriarche Bartholomeos Ier de Constantinople au Vatican.

- 14-15 août : 8e visite en France, en pèlerinage à Lourdes pour le 150e anniversaire du dogme de l’Immaculée Conception.

- 3 octobre : béatification de Charles Ier de Habsbourg, dernier empereur d’Autriche, Anna Katharina Emmerick, Pierre Vigne, Joseph Cassant

 - 7 octobre : 44ème Lettre apostolique «Mane nobiscum Domine» ("Reste avec nous Seigneur") pour l’année de l’eucharistie.

- 17 octobre : ouverture d’une «Année de l’Eucharistie».

2005

- 23 février : sortie du livre de Jean-Paul II Mémoire et identité

- 2 avril : décès de Jean-Paul II

- 8 avril : funérailles de Jean-Paul II sur le parvis de la basilique Saint-Pierre. Le corps est inhumé dans les grottes vaticanes

- 28 avril : le nouveau pape Benoît XVI accorde la dispense des cinq années après la mort pour l'ouverture de la cause en béatification-canonisation de Jean-Paul II

- 28 juin : ouverture de la procédure canonique de la cause en béatification-canonisation par le cardinal Camillo Ruini, vicaire général pour le diocèse de Rome


Quelques Photos

Les photos de ce diaporama sont tirées du livre "Jean-Paul ll, les images d'une vie" publié en octobre 2005.


Sa Mére, Son Pére, Son Frére




Sa Mére et Lui
Wadowice, Pologne - 31 décembre 1920, Karol à l'âge de 6 mois avec sa mère Emilia et le 18 mai 1921, portrait de Karol le jour de son premier anniversaire. © Wojtek Laski/Sipa Press


Son pére et Lui
30 juin 1925 à Wadowice, Pologne - Portrait de Karol posant avec son père,
 lieutenant dans le 12ème régiment d'infanterie de Wadowice. © Viviane Rivière / Roger-Viollet





Jean Paul II est ordonné prêtre par le Pape Jean Paul Ier en 1946, après avoir été élève de seminaire pendant la guerre. Il retourne ensuite en Pologne en 1948.

1948 à Niegowic, Pologne - Karol Wojtyla, jeune curé de campagne, entouré de ses paroissiens. Karol ne resta qu'une seule année dans cette paroisse, avant d'effectuer son jubilé sacerdotal. Mais il fit en sorte avant son départ qu'une nouvelle église voit le jour en lieu et place de l'ancienne, jugée trop vétuste. © Viviane Rivière / Roger-Viollet





1959, Monts Tatras, Pologne - Karol Wojtyla en bivouac dans les monts Tatras, les hautes Carpates slovaco-polonaises. © Archives et Wojtek Laski/Sipa press








28 juin 1967 à Rome, Italie - Mgr Karol Wojtyla est créé cardinal par Paul VI dans la Chapelle Sixtine. Le pape lui attribue la tutelle d'une église romaine : San Cesareo in Palatio. © Archives




















Mgr Karol Wojtyla devient le Pape.
 Jean Paul II  en 1978 il est le premier Pape polonais de l'histoire, il succède donc à Jean Paul Ier.





28 janvier 1979 à Puebla Mexique - Jean-Paul ll reçoit un accueil chaleureux au cours de son premier voyage à l'étranger. Il se rend ici à la basilique Santa Maria de Guadalupe pour célébrer une messe et inaugurer la troisième conférence générale de l'épiscopat d'Amérique latine. Le 29 janvier 1979 à Oaxaca, Mexique - Le pape Jean-Paul II tient une jeune indienne dans ses bras. © Bojesen/Sipa Press et UPI/AFP





















































Le 13 mai 1981, le Pape s'écroule dans la voiture qui l'emène Place St Pierre, après avoir été touché par la balle d'un extrémiste Turc nommé Ali Ajgca.
















































































Le 27 décembre 1983 : Jean-Paul II donne l'accolade,
Le Pardon !



































































3 février 1986 à Kalighat, Inde - Jean-Paul ll et Mère Teresa à l'extérieur du mouroir Nirmal Hriday © Raghu Rai / Magnum Photos



















27 octobre 1986: rencontre à Assise, à l'initiative de Jean-Paul II




















































































































8 juin 1991 à Varsovie, Pologne - Dans le château royal, à l'occasion du 200ème anniversaire de la Constitution polonaise, le Président polonais Lech Walesa baise la main de Jean-Paul II, avec le premier exemplaire de la Constitution polonaise en main. © Mike Persson / AFP

..





















Les JMJ à Paris 4e voyage en France

EN TRAVAUX






















































































































CITE DU VATICAN, 7 AVR 2005 (VIS).

Suit ci-dessous le texte du testament spirituel de Jean-Paul II, qui a été diffusé ce matin dans une traduction italienne de l'original polonais. La traduction de l'italien en français a été faite par le VIS.

 Testament du 6 mars 1979

(et additions successives)

 

  Totus Tuus Ego Sum

                                                                              Au nom de la Très Sainte Trinité, Amen

 

"Veillez car vous ignorez le jour où votre Seigneur viendra".

Ces paroles me font penser au dernier appel, qui aura lieu au moment où il plaira au Seigneur de m'appeler. Je désire Le suivre et que tout ce qui appartient à ma vie terrestre me prépare à ce moment. J'ignore quand cela adviendra mais, comme tous les autres, je confie ce moment à la Mère de mon Maître. Totus Tuus. Dans ces mêmes mains maternelles j'abandonne tout et tous ceux qui liés à ma vie et à ma vocation, l'Eglise avant tout, mon pays et l'humanité toute entière. Merci à tous, à tous je demande pardon. Je demande de prier pour moi afin que la Divine Miséricorde soit plus grande que ma faiblesse et mon indignité.

 

Au cours des exercices spirituels, j'ai relu le Testament de Paul VI, ce qui m'a poussé à rédiger celui-ci.

 

Je ne laisse aucune propriété dont il faut disposer. Quant à mes affaires d'usage quotidien, je demande de les distribuer comme il semblera opportun. Que les notes personnelles soient brûlées. Pour cela, je demande à ce que Don Stanislaw, que je remercie pour sa collaboration, son aide et sa compréhension tout au long de ses longues années, s'en occupe. Je garde dans le coeur devant Dieu tous les autres remerciements, parce qu'il serait trop difficile de les exprimer.

 

En ce qui concerne les funérailles, je donne les mêmes dispositions que celles déjà données par le Pape Paul VI. (Note en marge: la sépulture en terre et non dans un sarcophage, 13.3.92).

 

"apud Dominum misericordia
et copiosa apud Eum redemptio"
       Giovanni Paolo pp. II

Rome, 6.III.1979
Après la mort, 

                                                                                      je demande des messes et des prières

5.III.1990

 

Feuille sans date:

 

Je suis profondément confiant, malgré toute ma faiblesse, que le Seigneur me concèdera toute la  grâce nécessaire pour affronter selon Sa volonté, chaque tâche, épreuve et souffrance qu'il voudra demander à Son  serviteur au cours de ma vie. Je suis également confiant qu'il ne permettra jamais que, par mon comportement, mes paroles,  oeuvres ou omissions, je puisse trahir mes obligations envers ce saint Siège pétrin.

 

24.II - 1.III.1980
De même, pendant ces derniers exercices spirituels, j'ai réfléchi sur la vérité du sacerdoce du Christ dans la perspective de ce Passage qui pour chacun de nous est le moment de la propre mort. Du départ de ce monde -  pour naître dans l'autre, dans le monde futur, signe éloquent (Note ajoutée au-dessus: décisif) qu'est pour nous la Résurrection du Christ.

 

J'ai donc relu l'enregistrement de mon testament de l'année dernière, également fait pendant les exercices spirituels. Je l'ai comparé avec le testament de mon grand prédécesseur et père Paul VI, avec ce sublime témoignage sur la mort d'un chrétien et d'un pape. J'ai repassé dans ma conscience les aspects auxquels se réfère l'enregistrement du 6.III.1979 que j'avais préparé (de façon plus tôt provisoire).

 

Aujourd'hui je souhaite ajouter seulement ceci, que chacun de nous doit garder présent la perspective de la mort. Chacun doit être prêt pour se présenter devant le Seigneur et le Juge - et en même temps le Rédempteur et le Père. Constamment je prends en considération ce fait, confiant ce moment décisif en la Mère du Christ et de l'Eglise - en la Mère de mon espérance.

 

Les temps dans lesquels nous vivons, sont sans aucun doute difficiles et inquiets - tant pour les Fidèles, que pour les Pasteurs. Dans certains pays (comme par exemple celui de qui j'ai lu pendant les exercices spirituels), l'Eglise se trouve dans une période de persécutions telles qu'elles ne sont pas moindres des persécutions des premiers siècles, elles les dépassent même par leur degré de cruauté et de haine. Sanguis martyrum - semen christianorum. De plus, tant de personnes disparaissent innocemment, également dans ce pays dans lequel nous vivons...

 

Je désire une fois encore me remettre totalement à la grâce du Seigneur. Lui-même décidera quand et comment je dois finir ma vie terrestre et le ministère pastoral. Dans la vie et dans la mort Totus Tuus grâce à l'Immaculée. Acceptant dès maintenant cette mort, je souhaite que le Christ me donne la grâce pour ce dernier passage, c'est à dire [ma] Pâques. J'espère également qu'il la rende utile pour cette plus importante cause que je sers et pour laquelle je cherche de vivre: le salut des hommes, la sauvegarde de la famille humaine, et en elle celle de toutes les nations et des peuples (parmi celles-ci je m'adresse particulièrement à ma Patrie terrestre), utile pour les personnes qu'il m'a particulièrement confiées, pour l'Eglise, pour la gloire de Dieu même.

 

Je ne souhaite pas ajouter autre chose à ce que j'ai écrit il y a un an - seulement exprimer cette promptitude et en même temps cette confiance, à laquelle les présents exercices spirituels m'ont de nouveau disposés.
Giovanni Paolo II

 


Totus Tuus ego sum

 

5.III.1982
Au cours des exercices spirituels de cette année, j'ai relu (plusieurs fois) le texte du testament du 6.III.1979. Bien que je le considère encore provisoire (non définitif), je le laisse tel qu'il est. Je ne change rien (pour le moment), et n'ajoute rien non plus, en ce qui concerne les dispositions qui y sont contenues.

 

L'attentat à ma vie, le 13.V.1981, a en quelque sorte confirmé l'exactitude des paroles écrites pendant la période des exercices spirituels de 1980 (24.II-1.III).

 

Je ressens encore plus profondément que je suis totalement entre les mains de Dieu - et je reste constamment à la disposition de mon Seigneur, me confiant à Lui dans Sa Mère Immaculée (Totus Tuus).
        Giovanni Paolo pp. II

 

5.III.82
A propos de la dernière phrase de mon testament du 6.III.1979 (:"Sur le lieu/c'est à dire le lieu des funérailles/ que le Sacré Collège et les co-nationaux décident")- je précise ce que j'ai en tête: le métropolite de Cracovie ou le Conseil général de l' Episcopat de Pologne. Je demande donc au Sacré Collège de satisfaire si c'est possible les éventuelles demandes des sus-nommés.

 

1.III.1985 (au cours des exercices spirituels).
Encore - en ce qui concerne l'expression "Sacré Collège et co-nationaux": le Sacré Collège n'a aucune obligation d'interpeller sur cet argument "les co-nationaux"; il peut toutefois le faire, si pour quelques motifs il le retient juste.
JPII 

 

Les exercices spirituels de l'année jubilaire 2000           
(12-18.III)
[Pour le testament]

 

Quand le 16 octobre 1978 le conclave des cardinaux a choisi Jean-Paul II, le Primat de Pologne, le Cardinal Stefan Wyszynski m'a dit: "Le devoir du nouveau Pape sera d'introduire l'Eglise dans le Troisième Millénaire". Je ne sais pas si je répète précisément la phrase, mais tel était le sens de ce que j'ai alors entendu. Cela a été dit par l'homme qui est passé dans l'histoire comme Primat du Millénaire. Un grand Primat. J'ai été le témoin de sa mission, de sa totale confiance. De ses luttes, de sa victoire. "La victoire, quand elle aura lieu, sera la victoire grâce à Marie" - répétait souvent le Primat du Millénaire en citant son prédécesseur, le Cardinal August Hlond.

 

De cette façon j'ai été en quelque sorte préparé au devoir qui s'est présenté devant moi le 16 octobre 1978. Au moment où j’écris ces paroles, l'Année Jubilaire de l'An 2000 est déjà une réalité en cours. La nuit du 24 décembre 1999 la symbolique Porte Sainte du Grand Jubilée de la Basilique St.Pierre a été ouverte, suivie de celle de Saint Jean du Latran, puis de celle de Sainte Marie Majeure le 1er janvier et de la Porte Sainte de la Basilique de Saint Paul "Hors les Murs" le 19 janvier. Ce dernier évènement, par son caractère oecuménique, est particulièrement resté gravé dans la mémoire.

 

Au fur et à mesure que l'Année Jubilaire 2000 avance, de jour en jour le vingtième siècle se referme et s'ouvre le vingt-et-unième siècle. Selon le dessein de la Providence, j'ai vécu dans ce difficile siècle qui s'en va dans le passé, et maintenant au cours de cette année où j'attendrai quatre-vingts ans ("octogesima adveniens"), il faut se demander s'il n'est pas temps de répéter avec Siméon, le biblique, "Nunc dimittis".
 
Le 13 mai 1981, le jour de l'attentat au Pape, pendant l'Audience générale Place St.Pierre, le Divine Providence m'a miraculeusement sauvé de la mort. Celui qui est l'unique Seigneur de la vie et de la mort, Lui même m'a prolongé cette vie, et d'une certaine façon il me l'a donnée de nouveau. Depuis ce moment, elle Lui appartient encore plus qu'avant. J'espère qu'Il m'aidera à comprendre jusqu'à quand je dois continuer ce service, auquel il m'a appelé le 16 octobre 1978. Je Lui demande de me rappeler quand Lui-même le voudra. "Dans la vie et dans la mort, nous appartenons au Seigneur... nous sommes du Seigneur" (cf. Rm 14,8). J'espère aussi que la Miséricorde de Dieu me donne les forces nécessaires pour accomplir le service Pétrin dans l'Eglise jusqu'à ce qu'il me soit donné.

 

Comme chaque année pendant les exercices spirituels, j'ai relu mon testament du 6.III.1979. Je continue à maintenir les dispositions qu'il contient. Ce qui a été ajouté alors et pendant les exercices spirituels successifs, constitue une réflexion de la situation générale difficile et tendue, qui a marqué les années quatre-vingt. Depuis l'automne 1989 cette situation a changé. La dernière décennie du siècle passé a été libérée des tensions précédentes; cela ne signifie pas qu'elle n'ait pas porté avec elle de nouveaux problèmes et de nouvelles difficultés. Rendons particulièrement grâce à la Providence Divine pour cela, pour que la période dite de "guerre froide" soit finie sans violent conflit nucléaire, danger qui pesait sur le monde dans la période précédente.

 

Etant au seuil du troisième millénaire "in medio Ecclesiae", je souhaite encore une fois exprimer ma gratitude à l'Esprit Saint pour le grand don du Concile Vatican II, pour lequel, ensemble avec toute l'Eglise - et surtout avec tout l'épiscopat - je me sens débiteur. Je suis convaincu que pour de longues années encore, les nouvelles générations pourront y puiser les richesses que ce Concile du XXe  siècle a données. En tant qu'évêque qui a participé à l'évènement conciliaire du premier au dernier jour, je désire confier ce grand patrimoine à tous ceux qui sont et seront dans l'avenir appelés à le réaliser. Quant à moi, je remercie le Pasteur éternel qui m'a permis de servir cette grande cause au cours de toutes ces années de mon pontificat.

 

"In medio Ecclesiae"... des premières années du service épiscopal - justement grâce au Concile -j'ai pu vivre la communion fraternelle de l'Episcopat. En tant que prêtre du diocèse de Cracovie, j'avais préalablement expérimenté ce qu'était la communion fraternelle du presbytère - le Concile a ouvert une nouvelle dimension de cette expérience.

 

Combien de personnes devrais-je citer! Probablement le Seigneur Dieu a rappelé à Lui la grande majorité d'elles - quant à celles qui se trouvent encore de ce côté, les mots de ce testament les rappellent toutes et partout, où qu'elles se trouvent.

 

Depuis plus de vingt ans que j'accomplis le service Pétrin "in medio Ecclesiae", j'ai apprécié la bienveillante et plus que jamais féconde collaboration de tant de Cardinaux., Archevêques et Evêques, de tant de prêtres, de tant de personnes consacrées -frères et soeurs - et enfin de tant de personnes laïques, dans le contexte de la Curie, au Vicariat de Rome ainsi qu'en dehors de ces lieux.

 

Comment ne pas embrasser reconnaissant tous les épiscopats du monde, que j'ai rencontrés lors des différentes visites "ad limina Apostolorum"! Comment ne pas rappeler également tous les frères chrétiens - non catholiques! Et le Rabbin de Rome et les nombreux représentants des religions non chrétiennes! Et combien de représentants du monde de la culture, de la science, de la politique, des moyens de communications sociales!

 

 Au fur et à mesure que s'approche la limite de ma vie terrestre, je repense aux débuts, à mes parents, à mon frère et ma soeur (que je n'ai pas connue, car elle est morte avant ma naissance), à la paroisse de Wadowice, où j'ai été baptisé, à la ville de mon amour, à mes compagnons de l'élémentaire, du lycée, de l'université jusqu'aux temps de l'occupation, quand je travaillais comme ouvrier, puis à la paroisse de Niegowie, et à la paroisse S.Florian de Cracovie, à la pastorale des académiciens, à tous ces lieux ...à Cracovie et à Rome...aux personnes qui d'une manière particulière m'ont été confiées par le Seigneur.

 

A tous je veux dire une seule chose: "Que Dieu vous récompense".

 

"In manus Tuas, Domine, commendo spiritum meum"

 

A.D.
17.III.2000
.../TESTAMENT SPIRITUEL JPII/...       VIS 050406 (2120)