CHRETIENS MAGAZINE
SOMMAIRE
BULLETIN D'ABONNEMENT

Tempête autour de Medjugorje
Comment dépasser les passions et calomnies?

Je suis accablé d'un énorme courrier sur Medjugorje auquel je n'arrive pas à répondre. Que me disent ces lettres? Tel auteur, tel prêtre de bon renom, telle revue estimable, tel évêque même, mettent en garde contre Medjugorje. «En y- allant, vous êtes dans la désobéissance» dit-on de toutes parts. Comment puis-je répondre individuellement à tant de lettres? Et à d'autres qui me disent: «Vous même, vous êtes dans la désobéissance. Comment êtes-vous aussi infidèle à votre fonction et à votre conscience?
Ma vie ne suffirait pas à répondre à chacun de ces correspondants comme il le mérite. Ils sont trop nombreux.
D'autre part, j'y perdrais vainement mon temps, car à toutes ces objections, difficultés, j'ai déjà répondu, objectivement et sans passion.
Je viens de publier en juin dernier, un 16ème volume (1) qui fait le point chaque année sur toutes les calomnies, illusions et confusions, qui ont circulé, plus que jamais durant l'année passée entre juin 1996 et juin 1997: date de ce dernier volume. J'y renvoie donc, car cela répond à toutes les incertitutdes et questions troublantes que l'on me soumet en tous sens. Ce livre élucide notamment les points suivants que je ne puis détailler.

1° On dit qu'il est interdit d'aller à Medjugorje. Il est vrai que des documents apparemment autorisés l'ont insinué. Mais comme ces insinuations allaient trop loin, Monsieur Navarro Vals, porte-parole du Vatican, directeur du Bureau de presse officiel du Vatican, qui est en fil direct avec le Secrétariat du pape et le Pape lui-même, a dementi cette insinuation. Il est sorti pour cela de son silence et de sa prudence habituelles qui en font un homme ordinairement muet et inaccessible: les textes sont cités intégralement p. 33-34 avec les réponses du Docteur Navarro Vals:
- Le Vatican n'a jamais dit aux catholiques: vous ne pouvez aller à Medjugorje.
Cette phrase est répétée sous diverses formes jusqu'à la conclusion:
- L'Eglise et le Vatican auraient-ils dit non à Medjugorje? Non, Non!
On ne peut être plus clair ni dissiper plus clairement, ni de manière plus autorisée les confusions. Les pélerinages officiels seraient prématurés puisque Medjugorje n'est pas reconnu comme Lourdes ou Fatima, mais les pélerinages privés sont autorisés insiste le porte parole du Pape.

2° Une centaine d'évêques se sont rendus en pélerinage à Medjugorje, y compris des cardinaux. Ils s'y sont rendus pour avoir constaté les bons fruits de Medjugorje dans leurs diocèses et auprès de leurs prêtres avec d'admirables conversions. Ils encouragent ce pélerinage de leurs diocèsains. Je cite leurs témoignages positifs, fondés, enthousiastes.
Mais comment cela se fait-il puisque l'évêque du lieu est contre? J'explique dans ce livre, par quel concours de circonstances complexes, et balkaniques, l'évêque est effectivement un adversaire de Medjugorje et des franciscains (80 % des prêtres) dans le cadre d'une de ces luttes sans merci dont les Balkans ont le secret au niveau ecclésiastique comme au niveau politique. Les faits que je raconte là desus auraient pu faire de grands scandales, vu les compromissions qu'ils impliquent. Mais le fait que je les présente objectivmeent, discrètement, sans passion, fait qu'on les ignore. Un des abus de pouvoir qui ont été commis contre les franciscains et qui a persisté pendant de longues années avec les plus hautes protections à Rome a été cassé par le Tribunal de la Signature apostolique, jugement signé par 6 cardinaux dont le Doyen du Sacré Collège, qui a réhabilité deux victimes. Si j'avais présenté l'affaire en journaliste, cela aurait pu faire un scandale et une affaire d'Etat mais je l'ai présenté si pacifique et discrète que cela reste ignoré. Je ne donnerai même pas la référence des pages, ne souhaitant pas donner plus de retentissement public à cette malheureuse affaire.

Mais comment donc tant d'évêques se sont-ils rendus à Medjugorje alors que l'évêque du lieu est contre? De fait, c'est étonnant et s'ils y ont été, c'est généralement après en avoir parlé au Pape. Plusieurs d'entre eux n'ont pas cru devoir cacher ses réponses positives et privées sans que le Pape ait porté un jugement sur la question. Non, il n'a pas porté de jugement, pas plus que l'évêque du lieu d'ailleurs, qui poursuit une action et une propagande sévère mais n'a pas pris de position officielle. Le Pape dit seulement je cite de nombreux témoignages d'évêques chaque année, disant: il y a de bons fruits, vous pouvez y aller. Si je n'étais pas le Pape, il y a longtmeps que j'y serais allé etc.
Jean-Paul II lui-même demande, depuis plusieurs années à aller à Medjugorje. Il l'a demandé au cardinal Kuharic et au vice Président de Croatie en visite au Vatican, il y a déjà plusieurs années. Je le dis dans les volumes précédents. Il l'a redemandé au Président Tordjman qui l'a confié le 15 mars 1997, lors d'un voyage à Sarajevo. Le désir réitéré du Pape n'a pas été exaucé, vu l'opposition du responsable local. Le Pape n'a pas insisté mais durant son voyage à Sarajevo, il a autorisé une partie de sa suite à le quitter pendant une journée pour aller faire publiquement pélerinage à Medjugorje: 11 personnalités: évêques et ambassadeurs, avec des journalistes du Vatican. Il est bien sûr que la suite du Pape ne l'a pas abandonné ainsi, pour ce pélerinage public et non clandestin. Tout cela peut paraître incohérent mais je montre pas à pas comment cela est cohérent.
Mon livre comme les précédents ne cultive aucune passion. Il rectifie les calomnies qui peuvent courir d'un côté comme de l'autre, pour ou contre Medjugorje.
Là où les gens se passionnent (beaucoup contre Medjugorje mais bien peu, quasi personne de ceux qui prient et se convertissent en ce lieu) xxx???. Avec les franciscains et le Saint Siège, je dis: Qu 'on respecte l'évêque du lieu, qu'on lui obéisse», qu'on n'agisse pas contre lui. Que ceux qui ont accés à lui se contentent de le convaincre comme ont fait récemment deux évêques africains pélerins de Medjugorje, sans qu'il soit évident qu'ils aient réussi.

On dit et on répète que le pélerinage de Medjugorje est blâmé. Je montre, sur textes, comment le cardinal Kuharic, malgré l'obstruction du précédent évêque de Medjugorje lui a fait admettre la reconnaissance du pélerinage. On dit aujourd'hui que le pélerinage n'a pas été reconnu mais on ne peut effacer les faits que je rappelle avec texte et date: le 21 octobre 1990, Mgr Komarica, évêque de Banja Luka, Président de la Commission d'enquête sur Medjugorje est venu célébrer non pas une messe privée ou paroissiale mais bien une messe de pélerinage intenationale à 18 heures en déclarant formellement: «Je ne viens pas en mon nom, mais au nom de tous les évêques yougoslaves, y compris Mgr Zanic. Ils viendront.» Et plusieurs sont venus célébrer la messe du pélerinage, y compris Mgr Zanic, quoiqu'adversaire et son archevêque (de Sarajevo) avec lui. Le Cardinal Kuharic responsable principal du jugement a répété que le caractère surnaturel de Medjugorje n'était pas encore établi, mais n'était pas exclu, et que les études continuaient.

Je passe sur la suite dont je raconte les incroyables et pittoresques épisodes. Les apparitions ne sont pas reconnues, mais le culte s'est trouvé officiellement reconnu par toutes ces célébrations et explications et le texte de la Conférence épiscopale que je cite une fois de plus à la page 26 de mon livre: 16 années d'apparitions - texte auquel on fait dire le contraire de ce qu'il dit.
Mais tout ce que je viens de dire n'est qu'un des chapitres de ce livre. L'important ce sont les fruits. Medjugorje est le lieu du monde où on confesse le plus, où on se convertit le plus. J'en donne les preuves et témoignages qui abondent et surabondent. C'est cela l'essentiel et la substance même de ce livre.
On dit: «Il n'y a pas de guérisons à Medjugorje». Il est vrai qu'on a enterré le rapport du Docteur Korljan de Split, président de la sous-commisison scientifique officielle, qui a reconnu la pleine santé psychologique et sincérité des voyants, après enquête et, deux guérisons de tout premier plan qu'il a sélectionné parmi des centaines. L'une a été l'objet d'un livre du professeur Spaziante, médecin renommé de Milan. Chaque année, dans chacun de mes livres, je rapporte de nouvelles guérisons remarquables dont tant de pélerins rendent grâces sans avoir toujours les preuves médicales. Puisque tous les efforts faits pour constituer des dossiers retombent dans le même complot de silence qui persiste à laisser ignorer ou calomnier Medjugorje, et servait seulement à me faire mal juger, à quoi bon continuer?

Alors vous reconnaissez Medjugorje? Vous accusez les adversaires?, dira-t-on. Nullement! Je ne cesse de le dire et de le répéter. Je l'ai précisé dans une Notification que j'ai fait publier en 4 pays et en 3 langues: je n'ai aucune autorité officielle. Je ne me substitue pas à l'Autorité: ni des évêques, ni de Rome. Je me contente de porter une information objective contre les calomnies qui circulent. Je ne porte pas de jugement. Je rapporte seulement en bon ordre les faits qui permettent à chacun de discerner. Que ces faits nombreux et extraordinaires puissent motiver l'adhésion, je ne le nie pas bien sûr. Mais en matière de discernement, il n'est pas de certitude absolue, ni de dogme même quand l'Eglise reconnaît une apparition.
Mais si bonnes que soient ces raisons, je rappelle qu'en ces matières l'authenticité essentielle d'un phénomène spirituel ne garantit point tous les détails. Si le Seigneur et Notre-Dame agissent à Medjugorje, cela ne nous garantit pas tous les propos des voyants ni les prédictions qu'ils peuvent avancer. Se réaliseront-elles? Je n'en sais rien. Ils peuvent se tromper. Même des saints se sont trompés dans leurs prédictions. Ils se sont contredits entre eux dans de graves questions comme celle du Pape légitime au temps où il y avait trois papes, que le Concile de Constance (1417) dut convaincre d'abdiquer ou déposer, pour refaire l'unité essentielle de la papauté. Il est bien difficile de défendre la vérité, la charité, la justice, la prudence, l'équilibbre. C'est ce à quoi je m'emploie sans calomnier personne et sans répondre à tant de calomnies qui sont répandues contre moi dans la mesure où ma mise au point objective gêne certaines actions et passions. Ma réputation a beaucoup souffert de cet effort de vérité et j'aurais grand bénéfice (humainement) à rejoindre le choeur des détracteurs en toute conformité avec les autorités légitimes qui accablent Medjugorje (et d'autres apparitions que je défends parfois à mon détriment).
L'important c'est qu'en tout cela on respecte les personnes, les réputations, les faits (grossièrement déformés ou occultés). La vérité triomphera un jour. Mais sera-ce ici bàs?
Jeanne d'Arc a été condamnée par un tribunal d'Eglise et remise au bras séculier pour être brûlée. C'était un tribunal régulier. Il était présidé avec maestria par un évêque de premier plan, ancien recteur de la Sorbonne qui avait recruté comme juges les meilleurs théologiens de l'époque. Comment ce jugement d'Eglise, parfaitement canonique et régulier a-t-il pu être à ce point erroné? C'est le mystère de ces tentations d'en bas qui s'acharnent contre toutes les oeuvres de Dieu. C'est pour en être le témoin trop attentif que je me fais un devoir de défendre la vérité comme l'ont fait discrétement et sans bruit les amis de Jeanne d'Arc jusqu'à sa réhabilitation.
Certains me répondent: «la grande erreur fut de canoniser Jeanne d'Arc et de discréditer ainsi l'Eglise officielle.
L'évêque Cauchon était un homme très intelligent, très efficace et sans doute très sincère. Je ne l'accuse pas. Il est bon qu'un Pape ait fini par écouter, au bout de 5 siècles, l'appel que Jeanne d'Arc avait fait au pape avant d'être détruite par les flammes. Beaucoup de gens attendent la fin du Pontificat pour qu'on puisse enfin condamner Medjugorje. Y arrivera-t-on? C'est possible. Tout est préparé pour cela. Ce n'est pas notre affaire. Il nous suffit de prier dans la paix et l'obéissance. Jésus a été crucifié dans l'abandon et l'obéissance. Lui et Notre-Dame feront le nécessaire au-delà de ce que nous pouvons imaginer.

R. LAURENTIN

1) - R. LAURENTIN, 16 années d'apparitions. Paix et approfondissement dans l'attente prolongée des 10 secrets, Paris. Ed. F-X. de Guibert, 1997.
 

chrétiens magazine
BP 82 - 84250 le Thor

tél: 04 90 01 30 46 

fax: 04 90 23 11 16
EMAIL

abonnement 1 an: 33€
(10 parutions)
Dom Tom et étranger: 39€
 
ccp Paris 10 89 174 R