Voir Hommage à Félicien ...

Petit dossier Info pour Internet  !

fig2

L'Auteur du Tracé des roses de la "Rose de Nostre Dame"
Michel Christian Soulier:

E.E.C.Mam'ré                                                                                                                                               

Nous étions convenus après l'article «La Rose est éclose» ( d'octobre 1994) et « Faut-il reparler de la Rose » (Avril 1995) de ne plus publier d'article « Info » sur le sujet de ce livre, avant longtemps @@@

Non pas que nous rejetions ce sujet, mais par respect pour nombre de lecteurs ayant exprimé leur crainte, ou leur mécontentement ,que nous ne versions dans quelque iso(norme) exo(caché, obscur) ésotérisme(qui demeure inconnue, hermétique, tant qu’on en est pas instruit) .@@@

 Non uniquement et surtout pour nos proches et nous mêmes qui ne furent point épargnés ,depuis dix ans par la tyrannie et l’intimidation des pouvoirs en tous genres et de tous poils.

@@@ Ce livre si opposait radicalement ,dans le contexte de son histoire Romancé, les qualifiants de déviations dangereuses.

L’anti-Héros ,Catholique pratiquant, un brin facho, ignorant la loi de l’« Universel Dualité » dont la voie du milieu est «Amour & Sagesse », ne voit qu’un aspect des choses de la vie, une face de la médaille, l’autre étant sa propre négation (son coté sombre), il la Diabolise en lui et chez les autres. La troisième vue lui est inconnue. La sagesse et la joie des Moines l’interpelle,  Là commence sa conversion ! @@@ 

@@@ Comme je traîne des pieds pour répondre 1 à 1 aux 5 mail reçu encore chaque semaine, et à fin de satisfaire la curiosité et le désirs légitimes de chercheurs, penseurs ,dont une majorité écrasante de  .*. ,qui ont entendu parler ou lu avec intérêt ce livre @@@

« La preuve par l'étouffement et le non-dit? » Disait on en 95

« La preuve par ce que l’Histoire des hommes a produit depuis »

Nous sommes en 1999

@@@ « Nous constituions toujours des dossiers sur chacun des points soulevés par ce livre, et nombres d’autres ,que nous n’avons mêmes pas mentionner . Peut on aujourd’hui aller plus loin ,doit on le faire.» Là question courre depuis 6 ans … @@@

Je ne reprend ici qu’une info déjà publié dans les articles de 94 et 95 avec quelques +

 «  Ce livre était un cri d'alarme, toujours d’actualité. victime du non-dit?» Bien peu d'articles reprenant l’info. Et surtout pas un seul pour le «démonter». 

Le mot d'ordre était donc: «N'en parlez pas, même en mal.» Un ami journaliste a proposé à la direction de son hebdomadaire un article particulièrement bien fait.  Refusé.  Et on l'a invité à ne pas insister..

Un autre lecteur enthousiaste nous conseillait d'enquêter sur «le climat», et de remarquer: «On n'arrête pas de nous dire que les excès climatiques que nous connaissons depuis quelques années ont déjà eu lieu dans le passé. Exact! Mais jamais en un laps de temps aussi court.» Et d'ajouter: «Le tremblement de terre si meurtrier et qui rasa la premiére ville industriel du Japon cet hiver, a eu lieu le jour de la visite de l'empereur du Japon à l'Elysée.  Hasard?  Coïncidence? ...Il venait en Maître voulant imposer à la France leurs condition ,le japon possédait pratiquement tous les champs Elysée et moult sociétés en plus sur notre sol» il du négocier leurs actifs à la sauvette !@@@

Après une présentation de quelques minutes sur Radio Courtoisie avec Serge de Beketch, ce fut un véritable raz de marée dans certaines librairies à succursales .'L'une d'elles a renvoyé trois fois dans la journée son coursier pour s'approvisionner. Depuis, certaines de ces librairies affirment: «L’éditeur refuse de nous en vendre» ou «ce livre est épuisé» ce qui était faux. « D'ailleurs quand on consulte l'employée chargée des recherches d'ouvrages qui ne sont pas en rayon, elle ne le trouve plus sur son ordinateur, il a donc été effacé ».

Ce roman ne gênerait-il pas beaucoup de monde ?

Finalement ces non-dit et ces étouffements sont sa meilleure publicité. Ceux qui souhaitent le lire comprennent rapidement que certains veulent le leur cacher, ce qui aiguise d'autant plus leur curiosité, et ils finissent par se le procurer, ne serait-ce que grâce au Net@

Et si c'était vrai...

C'est le titre qu'a choisi Jacques Lauzier (dominicain) pour la recension de ce livre qu'il a publié dans les pages de notre excellent confrère canadien L'Informateur.  Car il y a eu quand même quelques articles qui recommandent La Rose de Nostre Dame.  Nous en avons sélectionné deux.

-Jacques Lauzier met de l'humour bien québécois dans ses articles ce qui n'est pas désagréable, bien au contraire:

Dans «La Rose de Nostre Dame» il est dit que la Place des Fêtes dans le 19éme arrondissement de Paris serait le centre de 3 étoiles à 6 branches sur lesquelles seraient implantées des centrales nucléaires Française.  Il y est annoncé la construction d'une pyramide en ce lieu, c'est fait... (au bouclage de ce numéro avril 95) la structure métallique venait juste d'être posée.

En quelques années une multitude de pyramide et autres constructions à caractère « technologiques» ont été implantés à travers toute la France.  A quoi servent-ils?

«Comment vous présenter [ce] livre.  Pour une fois je suis embêté.  C'est un roman... Et ce n'en est pas un.  Au départ ça paraît tiré par les cheveux et après on se dit: "Pourquoi pas?  Rien n'est impossible à Dieu".  Après l'avoir lu, je reste perplexe et émerveillé en même temps.  Et je me dis, comme Jacques Brel: "Et si c'était vrai, tout ça!  « Et le pire, c'est que ça l'est peut-être »...

«Je me rappelle encore ma première réaction après avoir jeté un coup d 'oeil à la documentation que nous avions reçue sur ce volume: "filière 13" =(poubelle).  Et c'est là qu'elle s'est retrouvée.  Imaginez!  Un feuillet de quatre pages vantant un livre "abracadabrant" rempli de six figures, style rose des vents, avec des traits et des numéros.  Il ne m'en fallait pas plus pour qualifier cette documentation de propagande dans le style New Age .Et je n'y ai plus pensé.«Jusqu'au jour, au début de janvier, où une lectrice m'a joint par téléphone pour me parler de ce livre.  Elle l'avait lu, relu et ne savait toujours pas qu'en penser.  Elle me demandait si elle pouvait me le faire parvenir afin que je puisse y jeter un coup d' oeil et lui faire part de mes impressions.  Après quelques échanges, j'ai accepté son offre.  C'est ainsi que je me suis retrouvé avec ce livre et la documentation le concernant.  Celle-là même que j'avais "vouée au feu de la poubelle".

«Il y a quelques jours, je l'ai ouvert pour y jeter un coup d' oeil avant de me mettre au lit.  Je l'ai refermé au bout de trois heures!  Je l'avais terminé. Ouf!  Oui, chers lecteurs, ouf!  C'est vraiment ce qu'on appelle "dévorer"un livre.

 Mais je ne regrette pas d'avoir raccourci mon sommeil de "quelques" minutes. Ça en vaut la peine.

«D'abord, ce n'est pas du tout ce que je croyais: ésotérique un brin mais pas du tout Nouvel-Age.  Pour ceux qui ont un âge "certain" (comme moi) et qui ont un peu bouquiné, ça leur rappellera le fameux Matin des magiciens des Pauwels et Bergier qui a fait les délices des jeunes "intellos" des années 1950 et qui alimentait les conversations autour des feux de camps scouts (ah les beaux souvenirs!).  Mais, à la différence, ce livre-ci est écrit sous forme de roman.  Un peu d'ailleurs dans le style du père Hublet, ce jésuite qui écrivait dans le temps (!) des romans scouts. «C'est aussi ce qui m'avait rebuté au départ.  Je ne voulais pas que, dans cette chronique, des livres de fiction prennent la place de livres "sérieux".

Mais attention, de roman il n'a que la forme littéraire.  Car toutes les données d'ordre technique, géographique ou géométrique sont absolument exactes et vérifiables.  De plus, comme les personnes "réelles" qui sont mêlées à cette histoire' sont plutôt "particulières", le groupe de travail qui avait les informations a décidé de faire connaître cette histoire de "rose" sous forme de roman.  Car ils pensaient avec raison que les lecteurs éventuels n'auraient pas la patience de lire un ouvrage bourré uniquement d'informations techniques.  Et cette décision du "roman-témoignage" a été prise à la Saint Félicien; d'où le pseudonyme du rédacteur.» (J.L.)

Jacques Lauzier est enthousiaste mais son propos n'est pas sans prudence. Ce qui est tout à son honneur.  En effet, ce livre plonge le lecteur dans des «mystères» bien rarement évoqués.  Ce sont des réalités techniques qui doivent être prises en compte.

Un connaisseur

L'article de Pierre de Place nous a agréablement surpris.  A l'évidence c'est un «connaisseur», en une page de Monde et Vie', il a su résumer l'essentiel de ce livre en citant des extraits:

«Le propos de ce livre est audacieux.  Pour ses auteurs ("un groupe d'amis", Félicien est bien sûr un pseudonyme), il s'agit de faire passer, sous la forme à la fois plus amène et plus vivante d'un roman, un message proprement "apocalyptique " concernant le mystère des cathédrales.  Ce roman - le roman d'une conversion - fait d'abord une série de

constats: celui de la fin d'une civilisation temps de confusion où foisonnent les faux prophètes, les 

                  « catastropathes », les mages, les apprentis sorciers - et d'une 'fantastique manipulation mondial politique " où l'homme ordinaire, coupé du surnaturel par des barrages scientifiques et pseudo-scientifiques, "le corps bien soigné, le cerveau bien rempli", certes, mais "la conscience bricolée, l'âme vide ", "embourbé dans ses petits soucis domestiques (... ) cloîtré dans son égoïsme (... ) ne peut plus voir qu'il finira comme un pantin à la solde d'une poignée d'hommes à l'orgueil insensé.  On a chassé Dieu du Coeur de l'homme, le diable y règne en maître". 

 Et l'Eglise elle-même est subvertie, l'heure de la totale apostasie, les trois Jours de ténèbres

,sont proches.

«Cependant, des membres (prêtres et laïcs à la fois humbles, pieux et savants) d'une nouvelle communauté religieuse (on peut comprendre: charismatique) comme il en apparaît dans les périodes de tribulations, ont retrouvé les « secrets des cathédrales », en particulier cette Rose qui serait un "don de Dieu" par l'intermédiaire de la Vierge à l'intention de l'homme désemparé de l'an 2000 pour "le confondre dans son incrédulité", le convertir et lui faire comprendre que si "en son essence Dieu est immuable, totalement transcendant... par ses énergies, il est toujours en mouvement, en action, en communication" et que nous pouvons participer "aux énergies divines" (St Grégoire de Palmas, XIV, siècle).

«Ainsi le comprenaient les Maîtres d'Oeuvres - tous religieux - et les compagnons bâtisseurs du Moyen Age qui avaient pour mot d'ordre: "Orare, orare, laborare." Deux temps de prière pour un temps de travail.  Les églises de cette époque sont des "lieux d'énergie Bénis" tellurique et cosmique, énergie tournée vers l'intérieur dans le cas des églises romanes ou vers l'extérieur pour les gothiques, toutes étant construites selon un plan directeur d'inspiration divine où se combinaient le "rectangle d'or" (temple de Salomon), l'étoile à cinq branches et la croix, dans les proportions harmonieuses fournies par le nombre d'or (la "proportion dorée" de 3, chiffre de la divinité, à 5, chiffre de l'homme, du microcosme, à 7, chiffre de l’Esprit Saint). «De même l'emplacement des cathédrales n'est pas le fruit du hasard mais obéit à un tracé préexistant qui a l'aspect d'une rose (une sorte de rosace) coupée perpendiculairement à la tige, et le module, la matrice de cette "Rose de Nostre-Dame" est une étoile à cinq branches, issu du pentagone, l'étoile flamboyante qui s'inscrit dans un cercle ayant pour centre la croisée des transepts de Notre-Dame de Paris.  Toutes les cathédrales de France et d'Europe se retrouvent sur ce tracé.  Dès le XlVe siècle, l'Eglise oublia les "secrets" des cathédrales, les secrets « sub-rosa », mais les compagnons, bien qu'ayant cessé d'être fidèles à l’Eglise, ne les perdirent pas, quant à eux.

 Ils vont servir à ceux qui cherchent par les secrets initiatiques " la gnose, l'ésotérisme ou l'occultisme " et aussi, plus malheureusement, à ceux qui s'en servent à des fins subversives.

La preuve en est qu'après la rose des cathédrales, et l'étoile à 10 branches des hauts lieux du culte parisien @@@

 Leur "inventeur" a découvert, centrée sur la pyramide du Louvre, l'étoile à 13 branches où figurent tous les Grands Travaux et toutes les loges parisiennes.

 

Mais surtout !

Partant de l'étoile à six branches, sceau de Salomon, le centre en étant place des fêtes à Paris 19éme,( six étant le nombre de l'épreuve et, comme chacun sait, 666 le nombre de la Bête, de l'Antéchrist et de l'Etat divinisé), il a découvert la "rose nucléaire" où se retrouvent toutes les centrales nucléaires européennes dont 44 pour la France seule, triste record mondial. 

         

Dans les décennies 60-70, alors que la France s'opposait à la prolifération des centrales, les autorités se sont employées à nous convaincre que leur implantation était assujettie à des conditions rigoureuses.  Et ce, pour en renforcer la sécurité. Or, il nous faut constater qu'elles sont implantées selon une géométrie qui ne laisse pas de place au hasard.  Les centrales sont implantées par 2 ou 3, sur chaque axe.  Le premier tracé se synthétise dans des hexagones (voir ci-dessus).  Aussi facilement on synthétise 3 étoiles à 6 branches - est-ce le 666 de l'Apocalypse ?.  Cela, à quoi sert-il?  NB: en poursuivant la synthèse, on ne peut tracer que des étoiles à 12 branches.

   
         Européen (4croq3) Française  (2&3croq2)


5phot1)

A droite la structure de la Pyramide dite Lumière de la

Place des fêtes ,Centre de la Rose Nucléaire, dont le socle de pierre noire est décoré de bas relief

(  représentant des monstres Mangeant des poissons…

    1 - GRAVEUNES (F)    8 - STENDAL (D)             15 - LE BLAYAIS (F)

    2 - DAMPIERRE (F)     9 - ST-LAURENT (F)       16 - PALUEL (F)

    3 - BRENNILIS (F)     10 - CIVAUX (F)                 17 - CHOOZ (F)

    4 - KARLSRUHE (D) 11 - NOGENT-SIS (F)         18 - GOLFECH (F)

    5 - PENLY (F)             12 - MOL (B)                       19 - TRICASTIN (F)                  

    6 - LE BUGEY (F)       13 - DUNGENESS (G.B)     20 - FESSENHEIM (F)

             7 - REGODOLA (E)    14 - CATENOM (F)             21 - SACLAY (F)

 Et tout comme les cathédrales ont pu adoucir le climat (la doulce France), cette "rose nucléaire" qui forme avec les autres autant de faisceaux d'énergie enchevêtrés, pourrait, telle être une gigantesque machinerie, influant à son tour sur le climat, la santé, le psychisme...

mais plus sur-ment l’écorce terrestre par le réseau des failles telluriques , qui courre et couvre toute la planète prolongement naturel des plaques tectoniques (terrestre et sous marine) ,sur lesquelles, les centrales sont toutes implantées …

{« le battement d’aile du papillon, ici ,peut il engendrer un cataclysme ailleurs « Einstein E=mc2 »}

…Un nouveau logiciel de gestion de la production et maintenance des centrales Atomique, fut mis au point en 94/95 mais ne rentra en fonction qu’après les élection de 1995,sur le papier il devais améliorer le rendement de production électrique Atomique d’au moins 20°/° …(depuis nous sommes passé de 70°/° à 95°/°d’électricité produite issu du nucléaire )

@@@ « la monté en puissance brutale des centrales par module géométrique synchrone » peu générer une onde de choc basse fréquence ,dont la direction ,les effets et les conséquences nous échappe...Pas forcément à tout le monde …@@@

 L’ouvrage contient plusieurs cartes et schémas qui illustrent bien les propos de leurs auteurs, lesquels en outre ont le soin de souligner que toutes ces questions d'énergie dans les églises OU ailleurs, aussi réelles et concrètes qu'elles soient, "n'ont rien à voir avec la foi ". Précaution qui n'est certes pas inutile.»

«La Rose de Nostre Dame» parle de bâtiments des Grands Travaux qui comportent des «failles» dans leur construction sont canalisés les visiteurs.  Photos: l'immeuble du Monde Arabe dans le V.  La Cité de la Musique dans le XIX.

(6phot2)                                (7phot3)                            (8phot4)
Et les pavés «Arago» qui viennent
d'être incrustés dans les trottoirs de Paris, à quoi servent-ils?

Un livre «à tiroirs»

Revenons sur la question «pourquoi un roman?»

Ce livre est en lui-même une question, elle est posée à la face du monde.  Elle n'a pas encore de réponse.  Plus haut, Jacques Lauzier affirmait que les dossiers techniques - fatalement ennuyeux - auraient été immédiatement enterrés.  Aujourd'hui si on veut être entendu il faut «faire l'opinion», remuer les foules.  Or, ce livre y parvient sans être ennuyeux, bien au contraire, beaucoup veulent bien dire qu'ils ont été passionnés et qu'ils ont ri.  De plus, il est fondamentalement chrétien.  Ceux qui tentent de le discréditer en évoquant quelque dérive dans l'ésotérisme ne font que prouver leur manque de culture.  Et ceux qui évoquent l'occultisme parlent pour ne rien dire, car ils n'auront à l'évidence pas lu ce livre:

C'est un livre «à tiroirs».  On peut effectivement le lire à plusieurs niveaux.  C'est le témoignage d'une conversion.  C'est la rencontre avec des religieux et des convertis récents pleins de vie et d'espérance.  Et, ce qui n'est pas déplaisant, tous ces gens-là ont de l'humour: «un saint triste est un triste saint», disait Saint François de Sales.  Et






(9croq4&5)  même si Félicien devait avoir «tout faux», comme disent nos écoliers, ce n’est serte pas une perte de temps que de se poser la question.

2 - L'Informateur catholique - CP 330 Chertsey QC, JOK 3KO.

3 - Monde et Vie, 14, rue Edmond-Valentin, 75007 Paris. 4 –

rose

Le Soleil brûle
la Rosée
Prise de conscience
Le secret des cathédrales
La rose prophétique
La rosamania
Secrets "Sub Rosa"?
Hommages
Nos Amis/sites préférés/commande
Plus d'info Rose

Aprés la lecture de
«La Rose de Nostre Dame»

Découvrez les autres travaux de  

 

Michel Christian Soulier:

qui en a découvert, «inventé» les tracés.

Livres:

Raisonnances. eds Mambré
La Rose de nostre Dame. E.E.C.M
La Divine Rose-Croix. Autoédition
L'An 2033. Autoédition
Publication: Revue Atlantis N°427 M.C.S

La DIVINE  CLEPSYDRE



Rosée de Rose


(bientot à lire)


Il n’y a pas douze ,mais 15 Stations sur L’Axe :(comme un chemin de Croix ?)

L'AXE MAJEUR DE CERGY-PONTOISE 

(texte publication officiel 1994)

Réplique de l'axe   historique de Paris - Louvre - Grande Arche. En 1975, les urbanistes,   soucieux de donner à Cergy-Pontoise une identité fondatrice, font bâtir un   espace symbolique de la ville nouvelle, un lieu de vie et de rencontre. La   forme de la ville, organisée autour d'un méandre de l'Oise, une vue splendide   sur Paris inspirent l'Axe majeur à l'artiste Israélien Dani Karavan. Ce   parcours urbain étagé de 3 Km forme un vaste jardin. Douze stations le   ponctuent.

1) La place des colonnes : Cette place en forme de cadran   solaire se compose d'immeubles à colonnades de style néoclassique ou, pour   certains, néo-stalinien.

2) La tour du belvédère : Point de départ de l'Axe   majeur, elle s'élève au centre de la place des colonnes. C'est l'aiguille d'un   cadran solaire. A son sommet (36 m) on peut voir, toute l'étendue de la   ville.

3) Le parc des Impressionnistes : C'est un petit verger qui évoque   le passé agricole de

Image géométrique

Les positions respectives des objets à la surface de la terre et leur image sur la carte

sont liées par des relations mathématiques. Cette relation conserve les angles et altère

les longueurs et les surfaces. Cependant les altérations en cause sont insignifiantes car

inférieures au jeu du papier et à la précision des mesures graphiques.

La carte permettra à son utilisateur de définir un point du terrain dans un système de

coordonnées, de calculer des distances, des altitudes, des pentes et de définir des

directions.

Cergy-Neuville. Les arbres en fleurs au printemps   évoquent les motifs des peintres impressionnistes.

4) L'esplanade de Paris   : Cette vaste esplanade de couleur blanche constitue un lieu de rencontre et   d'animations. Vers les colonnes il y a une sculpture qui " fume ". C'est un   rappel du puits, qui devait chauffé la ville grâce à la géothermie.

5) Les   12 colonnes : Elle marquent la limite du plateau et du coteau. Pourquoi 12   colonnes ? " Douze, écrit Dani Karavan, est le chiffre du temps : de l'année,   du jour, de la nuit. Par conséquent celui qui rythme la vie de 1'homme.   L'homme à la mesure duquel cet axe est conçu. "...

 6) Les jardins des   droits de l'homme : C'est la liaison entre le plateau habité et l'Oise. En   1990, François Mitterrand y a planté un olivier, symbole de paix. Cet arbre est  particulièrement remarqué " l'envers " à cause de la construction   plastique acier chauffage qui le protège en hivers.

7) L' Amphithéâtre Gérard-Philipe : Pour passer de la terre à l'eau, en bordure de la rivière.

8) La   scène : Ce lieu de spectacle est construit à l'intérieur d'un bassin qui   communique avec l'Oise.

Image géométrique

Les positions respectives des objets à la surface de la terre et leur image sur la carte

sont liées par des relations mathématiques. Cette relation conserve les angles et altère

les longueurs et les surfaces. Cependant les altérations en cause sont insignifiantes car

inférieures au jeu du papier et à la précision des mesures graphiques.

La carte permettra à son utilisateur de définir un point du terrain dans un système de

coordonnées, de calculer des distances, des altitudes, des pentes et de définir des

directions.

 9) La passerelle : C'est le prolongement sur l'eau   de l'allée qui part de la tour belvédère, Elle relie l'amphithéâtre, la scène   et l'île Astronomique. Elle enjambe une partie des étangs de   Cergy-Neuville.

10) L'île Astronomique : " Des instruments permettent d'y   mesurer le temps et de se situer dans l'univers. " En pleine ville !

11) La   Pyramide : A côté de l'axe majeur une structure en béton blanc est posé sur   l'eau. C'est une "Fabrique " des temps nouveaux.

12) Le carrefour de Ham :   A 1,5 Km de l'île Astronomique, vers le sud-est, ce carrefour routier, qui   marque 1'une des entrées dans la ville nouvelle, est le point d'aboutissement lumineux du rayon laser qui part du sommet de la tour du   belvédère.

Image géométrique

Les positions respectives des objets à la surface de la terre et leur image sur la carte

sont liées par des relations mathématiques. Cette relation conserve les angles et altère

les longueurs et les surfaces. Cependant les altérations en cause sont insignifiantes car

inférieures au jeu du papier et à la précision des mesures graphiques.

La carte permettra à son utilisateur de définir un point du terrain dans un système de

coordonnées, de calculer des distances, des altitudes, des pentes et de définir des

directions.

Image géométrique

Les positions respectives des objets à la surface de la terre et leur image sur la carte

sont liées par des relations mathématiques. Cette relation conserve les angles et altère

les longueurs et les surfaces. Cependant les altérations en cause sont insignifiantes car

inférieures au jeu du papier et à la précision des mesures graphiques.

La carte permettra à son utilisateur de définir un point du terrain dans un système de

coordonnées, de calculer des distances, des altitudes, des pentes et de définir des

directions.


Il n’y a pas douze ,

mais 15 Stations sur L’Axe :(comme un chemin de Croix)

Nous vous invitons vivement, un prochain week-end à visiter l'Axe Majeur, le déplacement vaut son pesant de béton.  La réflexion inquiète d'une dame croisée lors d’une première visite:  Ça doit servir à quelque chose tout ça !

 On ne cesse de se poser des questions: pourquoi entre autre cette tour carrée appelée belvédère est-elle penchée de 7° vers l’axe ?.

Image géométrique

Les positions respectives des objets à la surface de la terre et leur image sur la carte

sont liées par des relations mathématiques. Cette relation conserve les angles et altère

les longueurs et les surfaces. Cependant les altérations en cause sont insignifiantes car

inférieures au jeu du papier et à la précision des mesures graphiques.

La carte permettra à son utilisateur de définir un point du terrain dans un système de

coordonnées, de calculer des distances, des altitudes, des pentes et de définir des

directions.

Une aiguille en son sein plonge à + mille mètre dans une nappe d’eau chaude, prend-elle la température géothermique du lieu ?

 Les maçons d'aujourd'hui savent quand même construire à l'équerre? 

Pourquoi avoir posé à cet endroit des pavés de la cour carrée du Louvre? @@@

suivante